06 Décembre 2022 à 07:34:37 Cacher ou afficher l'entête.
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Réorganisation de la carte
recherche forum pirate  
Accueil jeu :: Accueil Forum :: Aide :: Rechercher :: Identifiez-vous :: Inscrivez-vous
Pages: 1 [2]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: L’odyssée des poivrots  (Lu 12065 fois)
Kathovar
Messages:
Invité

« Répondre #15 le: 13 Juillet 2009 à 10:56:43 »

HRP/ excuse moi pour le temps que j'ai mis, j'ai un boulot pour ces vacances et des horaires très particuliers auxquels j'ai du mal à me faire... Et je profite du week end pour être avec des amis ^^' /HRP

-Oh ouais, moi aussi j'ai hâte, dit Philodendron avec un regard plus que lubrique en direction d'Elisa. Il contempla sa proie quelques instants, puis secoua vigoureusement la tête et s'exclama: Bon on y va, doit bien y avoir quelqu'un prêt à me rendre service sur le port !

Ils marchèrent en direction des bateaux amarrés, Philodendron auscultant du regard tout les navires. Il avait navigué sur plusieurs d'entre eux, mais tous n'en gardaient pas un bon souvenir. Le poivrot en repéra finalement un dont le souvenir lui paraissait convenir, et y monta en amenant Elisa afin d'en trouver le capitaine.

-Roger ! lança t il d'un ton joyeux a l'adresse de quelqu'un, en ouvrant grands les bras.
-Va te faire foutre Phil.
-Moi aussi je suis content de te revoir, on a sacrément bourlingué tous les deux hein ? Tu verras Elisa, c'est un gars du tonnerre.
-En plus t'amène une femme sur mon rafiot ? s'étouffa presque le dénommé Roger, les yeux exorbités. Mais tu veux que je te pende c'est ça ?
-Oh allons, ce n'est pas tant une femme que ça, je t'expliquerai. Enfin bref tu te rappelles de l'affaire des moines fous ? On avait bien rigolé non ? Ça te dirait de remettre ça ?
-Ce furent les pires jours de ma vie, Phil.
-Une aventure extra, expliqua Philodendron à Elisa, sans écouter Roger. On était partis à la recherche d'un trésor caché dans une abbaye, sur une île quelconque des caraïbes -mieux vaut pas y retourner, c'est pour ça que je te dis pas où- et on s'était dit, Roger et moi, "pas la peine d'amener l'équipage, dans une abbaye y'aura que quelques moines non ?". Alors on a pris 5 gars pour transporter le butin et on y est allés, on est rentré dans l'bâtiment. Tu te souviens Roger ?
-Trop bien malheureusement.

Malgré l'air impassible que souhaitait arborer ce dernier, comme un rempart à son amitié pour Philodendron à qui il ne voulait plus rien devoir, on sentait un fin sourire sur les lèvres du capitaine.

-On y rentre, tout ça, et v'là pas qu'on se fait accoster par une cinquantaine de moines en bures marronnasses, qui nous entourent et se mettent à nous balancer des prières, nous raconter des cantiques et toutes ces conneries. Nous on est pétrifiés tu penses bien, et ces gars nous embarquent sans qu'on puisse rien faire, nous délestent de notre matos et de nos armes et nous foutent chacun dans une chambre différente, avec une bure sur la paillasse.
Les murs étaient pas bien épais, on pouvait discutailler, et on en est vite venus à la conclusion qu'ils voulaient nous recruter. On a essayé de s'carapater mais si les murs étaient en carton, les portes étaient en putain de bon chêne, qui s'ouvrait facilement de l'extérieur... mais qu'était impossible à faire bouger une fois dedans.
On est resté là bas quoi, une semaine ? Et on a vite vu pourquoi les moines étaient fous: ils bouffaient que des légumes, ils répétaient des prières, ils restaient silencieux pendant des heures, ils buvaient que de l'eau, ils causaient pas, ils s'amusaient pas, ils fricotaient pas -y'avait pas de bonnes soeurs- ils étaient entièrement dévoués à Dieu !
T'en a déjà vu des prêtres comme ça ? Moi jamais, d'habitude les prêtres ils font semblant et par derrière ils s'envoient du vin de messe en coeur avec les gonzesses qui nettoient leurs candélabres -haha-. Mais ces gars là, ils étaient cinglés.

-Complètement cinglés, approuva Roger.
-Tu m'connais Elisa, moi sans bibine je tiens pas. Heureusement, j'ai toujours quelques flasques sur moi, cousues dans mes vêtements pour les cas d'urgence. Un jour que j'étais de corvée de cuisine, j'ai balancé tout le contenu de mes flasques dans la soupe, sauf une que je me suis enfilé solo bien sûr. Lors du repas, les moines ont bu ça et peu après ont complètement pété les plombs. Tu te rappelles de celui qui s'est mis à danser autour du grand cierge, comme une putain dans un bar ?
-Oh oui... Et celui qui dansait la gigue comme un endiablé sur le pater noster chanté par une dizaine d'autres qui claquaient des mains en rythme !
-Il avait un de ces pas de danse ! Il bougeait ses pieds je sais pas comment, et on avait l'impression qu'il allait avancer alors qu'il partait en fait à reculons ! Et puis y'avait celui qui voulait se fourrer le crucifix dans le...

Roger toussa bruyamment, interrompant là la litanie de Philodendron.

-Je me rappelle de tout ça. On a piqué la clé à l'abbé, récupéré tout les trucs de valeur, notre équipement, et on s'est tirés. C'était grâce à toi. Mais je te connais, tu viens pas discuter du bon vieux temps, et j'ai une dette envers toi pour ce coup là. Qu'est ce que tu veux ?
-On est à la recherche d'une relique sacrée, et on a besoin d'un navire pour nous emmener en Amérique du Sud, bougonna Philodendron. Le passage du crucifix était son préféré, et il le racontait vachement bien.
-Bordel de merde Phil, mais c'est le bout du monde ! Je crois pas que mes gars acceptent d'aller jusque là bas pour que je te rende service...
-Écoute Roger, cette relique c'est... Ben la plus sainte de toutes les putains de saintes reliques que tu puisses imaginer ! Il FAUT qu'on a la trouve, pour l'humanité avec un grand U !

Philodendron avait du vocabulaire, mais l'orthographe restait pour lui une contrée mystérieuse dans laquelle mieux valait ne pas s'aventurer sous peine d'être assaillit de choses farfelues et inquiétantes, comme les "a" ou les "e" par exemple.
Philodendron lança un regard vers Elisa, comme pour lui demander de l'aider...
« Dernière édition: 16 Août 2009 à 00:26:14 par Kathovar »
Journalisée
Elisa
Messages:
Invité

« Répondre #16 le: 14 Novembre 2009 à 20:39:08 »

Elisa regarda Phil avec un regard vide...

- Bah... Je ne suis même pas du pays... Je ne sais même pas dire deux mots français compliqué, démerde toi... Et puis réfléchi mon pote, imagine... On était deux au départ et là... Et là on va être plus de cents à se partager toute les belles femmes d'Ama... d'Ama... J'ne sais plus où! Et puis temps pi!

La femme aux cheveux d'argent racla sa gorge avant de reprendre en murmurant très bassement.

- Que j'aurai bien évidement gardée pour moi toute seule, une a chaque... Endroit, propice de me donner du plaisir.

La jeune dame fixa toujours du regard Phil et se tourna vers Roger.

- Bon, écouté Roger... On à une grosse course à faire pour l'Amérique du sud, mon navire s'est fait manger par un gros requin et je me retrouve là, sans même pas une planche sur la quel ramé vers l'avenir, de toute façon, même si j'avait cette magnifique planche, cela ne m'aurai pas avantagé pour transporté mon ami, qui se serai de toute façon rattaché à mes bouées, sale petit saligot, c'est pas juste, lui il a droit à une nana et pas moi! alors j'espère qu'il y a des gay sur votre rafiot, je me sentirais moins con!

S'énervait toute seul Elisa contre Roger complètement perdu, il jeta des regards vers Phil lui demandant de l'aide, situation ironique.

- On veux juste allé en Amérique du sud... On peu compté sur vous... S'il vous plais.

Suppliait la femme, les mains jointes.

- N'es ce pas Phil, au fait j'ai rien pigé sur votre conversation tout à l'heure... Enfin bref, ça m'apprendra à ne pas être sobre en début de matinée...
Journalisée
Kathovar
Messages:
Invité

« Répondre #17 le: 15 Novembre 2009 à 19:20:44 »

Roger n'avait sélectionné que le passage important: "toute les belles femmes d'Ama...". Les deux poivrots désirant embarquer pour l'Amérique du Sud, il supposait qu'elle voulait parler de l'Amazonie.

-Phil, commença t il avec un regard lubrique, qu'est ce qu'elle a voulu dire en parlant des femmes d'Amazonie ?
-Bah on n'est pas sûrs, mais on pense que le machin archi-sanctifié dont je t'ai parlé est gardé par une tribu de nanas sauvages à moitié à poil.

Le capitaine, ainsi que plusieurs marins, semblèrent en entendant cela tout d'un coup beaucoup plus volontaires pour visiter l'Amazonie. Ses plages, sa foret tout ça... Et puis un truc sacré, fallait le faire non ? Et il y avait une dette envers Phil pas vrai ? On serait vraiment des salauds si on y allait pas. Ouais, parfaitement, des salauds. C'était l'éthique, la morale qui nous imposait le trajet, on est des mecs réglos nous.
Tous se concertèrent du regard, puis Roger résuma l'envie générale:


-Phil, c'est bien parce que c'est toi.
Préparez vous les gars, on embarque pour l'Amazonie dans 2 heures ! Bosco, tu prends 5 hommes et vous allez acheter assez de vivres pour tenir l'aller retour, Jean tu vas acheter de la toile, Martinez vas a comprar el rhum por el viaje, on se bouge le cul !

Philodendron regarda Elisa d'un air satisfait:

-Ce brave Roger, il a la main sur le coeur. On va s'en jeter un p'tit avant le départ ?
Journalisée
Elisa
Messages:
Invité

« Répondre #18 le: 15 Novembre 2009 à 19:38:12 »

- Bah, d'accord, tu sais bien que je ne suis jamais contre un petit apéro d'une demi douzaine de bouteille de whisky ou de rhum! Et en revenant avec la "tribut de nana à poil" je te signal que c'est la légende de l'endroit où l'on veut y allé!!! Je suis sure de ça!!! Si ton machin truc existe! Les nanas existe! C'est scientifiquement dessiné! Et prouvé par A + ... + ... Je ne sais pas quel lettre viens après mais voila quoi!

Dit la tribade en se croisant les bras très vantarde. Elle se gratta le cuir chevelu, ensuite sa fesse droite et reprit la parole.

- J'te préviens Phil! Tu m'emmerde sur le navire pour je ne sais quoi que ce soit, je te pisse sur la jambe et tant pi pour toi! Pour moi aussi ça va être dur, des moi et des moi à me noyer dans l'alcool parce que il n'y aura même pas une nana à l'horizon!!! Et toi ne rêve pas... Ou je te fait pipi sur la jambe! Je t'aurai prévenu!

Continua Elisa avec un p'tit sourire sarcastique. Elle donna une tape sur l'épaule de son ami.

- Allez viens mon pote! On va aller faire le plein avant d'entamé un voyage qu'on ne risque pas d'oublier, imagine... Du rhum à volonté jusqu'à la fin de nos jours...

Elisa et Phil trouvèrent une bonne taverne où l'alcool n'était pas cher, sans doute même acheté au marché noir, mais qu'importe... Ils s’installèrent tout les deux au fond de la salle, bien tranquille à une table ronde gravé de toute sorte de graffiti dans le chêne du meuble et des chaises.

- Bon, j'paie toutes les bouteilles! J'te paie avec toute mon z'amitié envers toi!
Journalisée
Pages: 1 [2]
  Imprimer  
 
Aller à:  

forum pirates rpg Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006, Simple Machines
** Respectez la charte **
Page générée en 0.028 secondes avec 19 requêtes.