31 Octobre 2020 à 14:46:50 Cacher ou afficher l'entête.
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Réorganisation de la carte
recherche forum pirate  
Accueil jeu :: Accueil Forum :: Aide :: Rechercher :: Identifiez-vous :: Inscrivez-vous
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: La Taberna del Gato Bromista  (Lu 1876 fois)
Kaizoku
Messages:
Invité

« le: 26 Juillet 2009 à 18:11:45 »

Citation
Quiconque voulant poster est libre d'en faire à sa guise.
Traduction du titre : La Taverne du Chat Farceur


Le silence est d'or, dit-on.
Étrangement, cela se concrétise. Les Mers camoufflent jalousement leurs trésors dans leur fond abyssale. Et quoi de plus silencieux qu'une mer calme ? Rien n'est plus reposant. Rien.
Par contre, pour ceux qui aiment un peu moins les tangages, la terre ferme existe - elle et ses auberges. Les voyageurs intrépides viennent par milliers de toutes les destinations, de toutes les classes sociales, mais dans un endroit pareil, on rencontre plus souvent qu'autrement des brigands, des pirates. S'aventurer seul dans un lieu où se côtoient boissons et plaisirs de la chair est un suicide - ou un acte de bravoure, voire même de folie. Tout est une question de points de vu.
Devant lui se trouvait « La Taberna del Gato Bromista », une taverne de l'île qui semblait avoir connu plus d'une bagarre. À sa droite, des fragment de vitre brisé étaient éparpillés sur le sol, vestiges d'une bagarre récente - ou la lâcheté du propriétaire.
Une musique endiablée animait la pièce. On l'entendait même de l'extérieur.
Soupirant, Oziel fit grincer la porte en acajou qui donnait sur l'enceinte de la Taverne - autant qu'on pouvait qualifier de Taverne cet endroit. Deux hommes s'engueulaient au bar pour une histoire de part. Et une meute d'idiots les entourait. Ajustant sa capuche, le haut du visage cachée, Oziel se faufila à pas feutrés vers le serveur au bar. Il était inutile de provoquer des émois une autre fois. Combien fois avait-il dû s'enfuir à toutes jambes ? Une bonne dizaine de fois, environ, non ?
Sourire en coin, Oziel fit sa commande :      


- Ce que vous avez de plus fort, merci.

À présent confortablement assis, son corps tourna sur cent quatre-vingts degrés. Le Phénix observait les hommes qui étaient présents, comme s'ils étaient des proies, et lui, le prédateur. N'importe qui ce serait senti insulter par un tel regard, mais celui-ci était bien caché, à l'abri des réflexions indiscrètes.
Il semblait qu'aucun pirate - encore moins capitaine - fut présent à ce moment - c'était fort dommage. Bientôt soixante-douze jours qu'il était arrivé en Amérique, et bientôt soixante-douze jours de patience à attendre pour trouver un équipage avec qui voyager.
Sa boisson arriva rapidement. Et Oziel la saisit d'une main ferme. En demandant au barman :  


- Serait-il possible d'avoir une chambre ?

- Aucune. Nous sommes spécialisés dans la restaurations et dans les festivités. De plus, si le cœur vous en dit, nos merveilleuses serveuses pourront vous distraire pour une somme modique ! dit-il l'air enjoué.

Au même moment, l'engueulade commença à s'intensifier, et les deux hommes passèrent de la parole aux actes : la bagarre venait d'éclater. Le serveur, habitué, semblait peu inquiet quant à sa sécurité. De toute façon, tous les hommes hurlaient, voulant que le combat devienne plus violent, plus sanglant. De vraies bêtes.
Sans ciller, Oziel observa la bagarre en buvant à grandes lampées sa bouteille.
C'en était à s'en rouler par terre. Quoiqu'il ne se serait pas coucher là-dessus, qui sait depuis quand cela n'avait pas été lavé ? À l'odeur et aux traces, une bonne dizaine de mois. Alors que les deux imbéciles se battaient, un des spectateurs lui tomba dessus avant de s'effondrer au sol, en sang. Ce mort avait été discret. Il le remarquerait que bien plus tard dans la soirée. Soupirant, Oziel sortit de la pièce sans être vu. C'est fou comme une simple bagarre peut attirer l'attention des gens. Il devait bien y avoir un endroit où dormir dans cet endroit. Et ce fut rapide, une fenêtre donnait sur le sous-sol de la Taverne. S'endormir serait difficile, mais c'était toujours mieux que de dormir à la belle étoile.
Somnolent, son cœur battait de moins en moins souvent, signe qu'il s'endormait lentement. Aujourd'hui, encore une fois, aucun signe d'un équipage intéressant.


- Dire que je vaux trente mille pièces d'or. C'est pathétique, ne trouves-tu pas, Ezio ? questionna-t-il à qui veut à l'entendre avant de s'assoupir, d'un sommeil léger.
« Dernière édition: 08 Août 2009 à 22:35:38 par Kaizoku »
Journalisée
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

forum pirates rpg Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006, Simple Machines
** Respectez la charte **
Page générée en 0.012 secondes avec 20 requêtes.