01 Février 2023 à 20:52:44 Cacher ou afficher l'entête.
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Réorganisation de la carte
recherche forum pirate  
Accueil jeu :: Accueil Forum :: Aide :: Rechercher :: Identifiez-vous :: Inscrivez-vous
Pages: 1 [2] 3 4 5 6 7 ... 9
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: La défense de Grenade  (Lu 65504 fois)
Magraen
Messages:
Invité

« Répondre #15 le: 04 Septembre 2010 à 17:11:34 »

Errant dans les rues, un colosse dans un vieil uniforme délavé observait la ville tout en réfléchissant à un moyen de redevenir quelqu'un dans ces Antilles. Il s'arrêta net a coté d'une taverne en observant un paquet de gardes y entrer. Entendant des coups de feu à l'intérieur. Il porta la main au vieux pistolet qu'il avait fait réparé la veille contre la moitié du peu qu'il possédait et attendit l'issue de la bataille. Les gardes sortirent bientôt, accompagné d'un capitaine a l'allure louche suivit de son second. Ils escortaient un prisonnier et le capitaine semblait blessé. Il vit ensuite deux gardes porter le cadavre d'un de leur confrère, un trou béant dans le ventre.
Comprenant qu'il s'agissait là d'une chance pour lui de servir a quelque chose, il suivit la petite troupe. Il entendit les gardes discuter a propos d'une attaque imminente sur Grenade, et, voyant le capitaine dont il se méfiait partir pour se faire soigner, il accosta le chef des gardes.



- Excusez moi, monsieur, mais j'ai constaté que vous avez perdu un homme aujourd'hui. Dans les circonstances actuelles, avec l'attaque qui se prépare, il serait bon qu'il soit vite remplacé, c'est pourquoi je me permet de vous proposer de prendre sa place.


Le capitaine jaugea rapidement l'homme et s'arrêta sur le costume délavé d'officier et le pistolet a la ceinture.

- D'ou tenez vous ces objets ?
- A vrai dire je servait sur l'Empereur il y a quelques temps...
- L'Empereur ? Mais, on m'a dit qu'il avait été pillé par des pirates !
- Certes, mais moi et quelques autres y avions survécu. Je dit avions car les autres sont morts aussi maintenant. Je suis le dernier.
- Mais ?? Comment ?? Vous y étiez officier ? Quel est votre nom.
- Magraen Nasean, promu second du capitaine pendant la traversée.

Magraen avait bien entendu menti en annonçant une promotion qui n'avait jamais eu lieu, mais qui maintenant pourrais le contredire ? Le capitaine réfléchi un bref instant puis :

- Bon, je vous prend. Normalement il devrait y avoir quelques papiers mais là, on a pas le temps.  Je vous donne commandement sur quatre de ces hommes, a vous de les choisir. J'aimerais que vous soyez de garde permanente sur le port, arrangez vous. Allez, moi, je doit finir un interrogatoire

Satisfait de la tournure des évènement, Magraen choisi quatre hommes au hasard et, après s'être équipé pour ses nouvelles fonctions, il rallia son nouveau poste, heureux. Il instaura une équipe de nuit et une de jour et réquisitionna une chambre dans une taverne proche pour que ses hommes puisse dormir convenablement entre deux quarts. Oui, ces fonctions lui plaisaient.





Journalisée
victormcbernick
Messages: 407

****
bon marin

Karma: 13
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #16 le: 04 Septembre 2010 à 19:08:27 »

Lerequin alla voir le médecin...
"J'ai une très mauvaise nouvelle pour vous, vous avez été touché à l'épaule, j'ai pu vous retirer la balle mais vous ne pourrez pas vous battre pendant trois jours, le temps que votre blessure cicatrice...."
 Lerequin partit voir le capitaine de la garde, il laissa ses armes en entrant...
"Alors monsieur? il à parlé?
-Oui, c'est bien un anglais, il devait faire exploser le fort lors de l'attaque afin de faciliter la tache des anglais, il nous a dit que les anglais et hollandais ont développé un réseau d'espionnage, et nous à livré les lieux dans lesquelles ils se trouvent, j'ai envoyé un groupe de cinq hommes dans chacun de ces lieux, vous devriez vous détendre, reposez-vous avant l'attaque...
Lerequin alla jouer aux cartes dans une des tavernes_bondées_ du port...
"Vous êtes au courant? les gardes ont fait un massacre dans une taverne, dit un des joueurs
-Oui, parait qu'il y'a des espions en ville, dit un autre
Une bagarre générale éclata quand le tavernier fut ejecté hors de son comptoir, cinq hommes habillés en uniforme de la garde entrèrent à ce moment la, l'un d'entre eux portait un uniforme délavé d'officier,les cheveux blonds. Il regardait Lerequin d'un air étrange, la bagarre fut stoppée, les gens dévisageaient maintenant les militaires.
-Est qu'il y'a un John ici? dit celui qui ressemblait à un officier
Un des hommes se mit devant lui...
-Je suis John, pourquoi?
-Au nom de la couronne française nous vous arrêtons pour espionnage, veuillez nous suivre.
L'homme dégainai son pistolet, mais le garde aux cheveux blonds lui mit une balle dans le torse, il fit ensuite signe aux autres gardes d'emporter le corps, celui qui avait provoqué la baggare fut arrêté et emporté par les gardes. Un des joueurs de cartes tenta de briser le silence
-On dirait qu'ils font un grand nettoyage..."
Les gens reprirent leur activité comme si il ne s'était rien passé....
« Dernière édition: 04 Septembre 2010 à 22:12:39 par victormcbernick »
Journalisée

Arthurius
Messages: 41

*
matelot de seconde classe

Karma: 2
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #17 le: 04 Septembre 2010 à 19:10:06 »

A peine engagé pour la defense de Grenade, Lovecraft s'enquit de trouver l'endroit le plus important du port, la taverne! Car meme ayant réduit ses quantités de rhum ingurgitées, il ne pouvais se priver de boire un peu, parce que le rhum, c'est bon. Une fois trouvée, il entrat dans l'établissement où reignait l'odeur de la fameuse boisson des Caraïbes.

-Oh tavernier! Une bouteille de rhum pour moi, et une autre pour la fille là bas dans le fond!
-La bouteille de rhum je te la donne si t'a de quoi payer.

Lovecraft sortit quelques pièces et les lançat sur le comptoir, tandis que le tavernier posait la bouteille.

-Et ben tu vois qu'on peut s'entendre! dit-il en débouchant la bouteille avec les dents. Au fait t'a oublié la bouteille de la fille dans le fond.
-Non, je lui donne pas d'alcool, elle est déjà complètement saoulée, regarde elle tient à peine debout!
-Allez soit sympa! ça va etre drole!
-Non c'est non, elle n'aura pas à boire!

Lovecraft, visiblement véxé, empoigna la chemise du tavernier et le jeta hors, du comptoir, déclenchant une bagarre générale.
Un officier de la garde, qui patroullait dans le coin et ayant entendut tout ce boucan, mit fin à la bagarre en tirant un coup de feu au l'air.

-Qui a commencé la bagarre! tonna-t-il

La plupart des hommes présents et encore debouts désignèrent Lovecraft.
L'officer ordonna à ses deux hommes de se saisir de cet individu, et il lui dit:

-Je suis L'officer Magraen Nasean, et vous allez entendre parler de moi mon gaillard.

Il sortit de la taverne, suivt de ses deux hommes et emportant leur fauteur de trouble, qui venait de remarquer qu'il n'avait pas été le seul à etre arrété
Journalisée
Magraen
Messages:
Invité

« Répondre #18 le: 04 Septembre 2010 à 19:39:27 »

Le nouvel officier était somme toute satisfait de cette journée. Il réfléchissait aux divers scénarios lors de la future attaque anglaise sur le chemin des prisons pour y jeter son prisonnier bagarreur avec deux de ses hommes pendant que celui qu'il avait érigé comme second de sa patrouille, un certain Guillaume Detor, menait le cadavre a la fosse commune avec le cinquième garde. Pendant toute la route, il ne prêta guère attention au flot de parole déversé par le prisonnier jusqu'à ce qu'il croise une autre patrouille dont le chef identifia l'homme comme un défenseur de la ville récemment engagé et en fit part à Magraen. Celui-ci, étonné, interrogea l'homme a ce sujet :
- Vous êtes un défenseur de Grenade ?
- Je vous le dis depuis qu'on est parti, vous êtes sourd ou quoi ?
- Excusez moi de ne pas vous avoir écouté, j'étais occupé a réfléchir a des choses importantes...
- Mouais, enfin, vous allez me laisser partir ?
- Vous laisser seul ? Ça serait criminel de ma part ! Mais si vous êtes vraiment un défenseur de la ville, je ne vais pas non plus vous mettre en prison...
Il réfléchit quelques instant, puis une idée germa dans son esprit. Il questionna alors différemment son prisonnier
- Dites moi, vous savez vous servir de votre fusil et d'un canon convenablement ?
- Un peu que je m'en sert convenablement ! On ne m'appelle pas l'artilleur pour rien !
- Hum... Que diriez vous de vous joindre a ma patrouille : vous défendez la ville, vous restez actif pas trop loin des bouteilles de rhum, et en même temps je vous ai a l'œil. Ça vous irais ?
L'homme grommela un vague consentement et la patrouille fit demi-tour, rejoignant l'entrée du port ou elle était posté, rapidement rejointe par les deux gardes de retour de leur sale besogne. Garde bien étonné de voir l'individu joint comme sixième homme de la patrouille...
Journalisée
Arthurius
Messages: 41

*
matelot de seconde classe

Karma: 2
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #19 le: 04 Septembre 2010 à 19:53:48 »

Intégré à la patrouille de l'officier Magraen, Lovecraft, toujours hébété par l'alcool, s'amusait un peu en patrouillant avec ses nouveau compagnons de jeu, les gardes. Il avait mis son fusil à l'épaule, au lieux de la garder en bandoullière, histoire de faire un peu plus "garde" que "soulard".

Il observait les autres, et decida que finalement, il avait l'air idiot, et voulait se démarquer des ces pantins. Il s'arreta un instant histoire de remettre son arme dans son dos.
Magraen remarqua cette soudaine désobéïssance:


-On ne traine pas! remet toi dans le rang, le fusil sur l'épaule et en avant marche.
-Le fusil sur l'épaule: certainement pas; dans le rang: ne t'énerve pas, j'arrive mon grand; et enfin, en avant marche: et bien cours devant, blondinet, je te ratrappe.

L'officer etait rétourné par tant d'impertinence. Cet homme était-il un si bon tireur, au point de se croire supérieur? Il falait en avoir le coeur net.
Journalisée
Magraen
Messages:
Invité

« Répondre #20 le: 04 Septembre 2010 à 20:16:04 »

Interloqué par l'impertinence de sa recrue forcée, Magraen décida de le mettre a l'épreuve.

- Tu pense que tu es si doué que ca ? On va voir ca. Tu vois, ici, on est sur les docks ouest. Eh bien, si tu arrive, en trois coups de feu, a couper la corde du pavillon du sloop sur le dock est là bas, on discute.
Sinon, je te colle aux fers, défenseur de la ville ou pas.


L'artilleur regarda la pavillon indiqué. Le sloop dont l'officier parlait était collé au quai, derrière deux autres sloops de même gabarit. Couper une corde avec une balle est déjà extrêmement difficile, au vu de la précision moyenne des armes, alors atteindre la corde indiquée, la couper alors qu'elle est a peine visible, et faire cela imbibé d'alcool comme l'était l'impertinent, Magraen avait jugé cela impossible.
L'homme, lui, esquissa un sourire. Il posa un genou a terre, visa, tira. La corde coupée claqua dans les airs, sous les huées de l'équipage consterné.


- Alors, môsieur, de quoi vouliez vous parler ? ironisa l'artilleur.

Un large sourire sur les lèvres, l'officier donna une tape dans le dos du tireur dés qu'il se fut relevé. Une tape si puissante qu'il peina a rester debout.

- Je crois qu'on va s'entendre. Tant que tu ne m'appelle ni blondinet, ni mon grand, et que tu ne demande pas de courir avec ma jambe, ca devrait aller. Je ne te demande rien d'autre mis a part de rester avec nous.

L'ordre de reprendre la marche fut donné et les gardes reprirent leurs progression, interloqués tant par le tir que par l'attitude de leur chef qui, pour "ne pas faire de favoritisme", leur a donné la permission de se déplacer comme ils le voulaient, sans autre obligation que de rester grouper.
Journalisée
Arthurius
Messages: 41

*
matelot de seconde classe

Karma: 2
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #21 le: 04 Septembre 2010 à 20:36:18 »

L'artilleur, qui considérait ce tir comme guère exceptionnel, se demanda si les gardes étaient capables d'en faire autant.
Il demanda à l'officier:


-hé dis moi... tes gars... ils savent faire quoi au juste?

Cette remarque avait piqué l'orgueil des gardes, mais ils continuèrent à marcher comme si de rien n'était.

-hum... ils ne sont sous mon commandement que depuis peu... et je n'ai pas encore eu le temps d'évaluer leurs compétences. Mais nous verons celà demain, quand tu aura cuvé ton rhum !

Lovecraft esquissa un sourir... il se demandait si les gardes allaient se révéler de bons tireurs ou pas.
Journalisée
kevin26703
Messages: 7488

Modérateur Global
*****
vieux loup de mer
Ancien Modérateur Global


Karma: 235
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #22 le: 04 Septembre 2010 à 21:11:53 »

Doroit voulait prendre de nouvelles du capitaines Lerequin il rencontra aux passage Magraen et Lovecraft.

- Messieux vous êtes les nouvelles recrues ? Bienvenue je suis le capitaine Doroit, c'est moi qui commandera une partie de la flotte de la défense de Grenade. annonça Doroit

Lovecraft et Magraen étaient surpris de voir quelqu'un ici, Doroit était bien habillé pas de haillons ni de veste en lambeau, tous ses habits étaient beaux c'était l'archétype du corsaire français.

Doroit pensait que c'est deux nouvelle têtes étaient les recrues promit à Droit par le capitaine de la Garde.
Doroit alla voir à l'infirmerie d'où il était deja ressortit le médecin l'informa qu'il était sur les quai.


- Mince je l'ai loupé de peu.. Dommage pensa Doroit.

Lovecraft et Magraen n'avaient pas bouger , ce qui avait étonné Doroit.

Doroit demanda à ces deux gars là de les suivre jusqu'au capitaine de la Garde. Il ne regharda pas si il était suivit par ces deux recrues,il devait trouver Lerequin.

Aux bout de 10 minutes il trouva Lerequin et le capitaine de la Garde ensemble.


- Bonjours capitaines !

- Bonjour capitaien Doroit ou plutôt devrais je dire commandant des forces navals de Grenade dit le capitaine de la Garde en rigolant.

Lerequin salua également Doroit et de suite après le capitaine de la garde lui annonça la blessure et l'arret de Lerequin, Doroit fut triste pour lui mais content que Lerequin et Grenade sont en voie de réconsiliation.

- Capitaine se sont mes deux nouvelles recrues derièrre moi ? demanda Doroit

Doroit se retourna et ne vis personne derrière lui.Quand soudain le capitaine de la Garde demanda à un de ses hommes d'aller les chercher.


Edit: Ben dit donc ça poste ici lol ! Voila à vous de poster, Magraen et Arthurius vous devez aller à la rencontre de Doroit afin que tous le spersonnes se rencontre n'oublier pas je pense que vous êtes mes matelots Clin d'oeil

kevin26703
Journalisée
Magraen
Messages:
Invité

« Répondre #23 le: 04 Septembre 2010 à 21:31:21 »

Intrigué par l'attitude de l'homme, Magraen ne l'avait pourtant pas suivit. Il s'était attelé a vérifier l'état d'un des canons du port avec Lovecraft et avait jugé l'homme comme un peu fou. Sa tache terminée, il désigna trois gardes, sous la responsabilité de son second, a la surveillance du port en promettant de les relever a minuit, puis parti faire son rapport au capitaine des gardes avec l'artilleur pendant que le dernier garde allait dormir.
Il remarqua un garde et deux mousses et identifia le garde comme l'adjoint du capitaine. Voyant qu'ils empruntaient la même direction, les cinq hommes firent route de concert et entrèrent ensemble dans les bureaux du capitaine. Surpris d'y trouver le corsaire, Magraen allait saluer son chef quand le marin s'exclama en sa direction :


- Ah, voilà les matelot ! Qu'es ce qui vous a pris de me fausser compagnie tout a l'heure ? Je ne tolére pas ce type d'insubordination dans mon équipage et... Qui sont ces deux la ?

Le capitaine des gardes, incrédule, observa successivement Magraen, Lovecraft, Doroit, son adjoint et les deux matelot. Il compris enfin le fin mot de l'histoire et éclata de rire, a la stupeur générale.
L'officier et l'artilleur s'observérent un instant avant de faire de même, comprenant eux aussi la situation,
bientot suivit des matelots et de l'adjoint face a un Doroit qui ne comprenait plus rien.


- Mais, allez vous me dire ce qui se passe au moins ?
- Mon bon ami, entamma le capitaine, ces deux hommes que vous voyez la sont le nouvel officier de la garde du port avec un de ses hommes, vos matelots sont ces deux hommes là...

L'hilarité générale continua un instant avant de cesser progressivement.

Edit: Pas mal j'ai faillit rire moi aussi  Très souriant Très souriant
Mais surtout attention de ne pas faire parler un PJ tu as fait parler Doroit tu n'aurait pas dut normalement mais je ne t'en tiens pas rigueur sachant que tu n'as dit que deux phrases et que c'est une bonne rencontre

kevin26703
« Dernière édition: 04 Septembre 2010 à 21:43:41 par kevin26703 »
Journalisée
victormcbernick
Messages: 407

****
bon marin

Karma: 13
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #24 le: 04 Septembre 2010 à 21:38:17 »

Lerequin était en train de jouer au dé, il devait faire deux six pour gagner cinquantes piéces d'or, joueur il préféra surencherir
"Trente piéces que je fais deux six, qu'en dites vous?
-Tenu, dit une autre personne
-Même quarante, dis une troisiéme...
Lerequin lanca les dés, deux six, la chance était avec lui.
Alors que Lerequin pris les piéces et les mit dans sa bourse, un homme ivre se leva et voulut frapper Lerequin, celui-ci esquiva, le poing de l'homme alla frapper l'homme derrière lui, celui-ci prit une chaise et la lança dans la taverne, Lerequin but son rhum et sorti de la taverne.
Eh bien, pas besoin des anglais je crois, on sera tous mort avant... Pensa-t-il
Au détour d'une ruelle il vit un homme par terre, frappé par trois autres hommes, Lerequin alla prévenir ses marins leur  demandant de l'aide, les marins acceptèrent.
Ils se cachérent contre le mur pendant que Lerequin s'avancait vers eux pour leur parler.
"Messieur, pas la peine de vous enerver voyons, laissez cette homme tranquille sinon je vais vous tuer...
-Haha, tu est marrant comment tu comptes faire avec une seule balle?
Les hommes se montrérent. Lerequin dégainai son revolver avec sa main gauche, ne pouvant pas se servir de l'autre, il le mit sur la tête du troisiéme homme

-Qui est tu?
-Je suis envoyé par celui à qui ce petit enfoiré doit de l'argent
Lerequin s'approcha de lui
-Ecoute, sois vous rejoignez la garnison du fort, soit on vous tue, votre choix?
-Nous enroler, dire-t-il tous en choeur
Il souriait en laissant échapper un parfait....
Lerequin aida l'homme à se lever, il lui demande son nom
-Je m'appelle Yohan, je sers sur le roi des océans dit-il.
Journalisée

kevin26703
Messages: 7488

Modérateur Global
*****
vieux loup de mer
Ancien Modérateur Global


Karma: 235
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #25 le: 04 Septembre 2010 à 21:53:05 »

Doroit vit les autres hommes rigoler aussi, il en avait fait de même,il c'était trompé sur toutes la ligne il s'excusa de son comportement et il sortit en saluant tous ces hommes.

Ca bougeait dans tous les sens ici,entre les bagarres et les préparatifs de combat.


- Allons faire un tour du coté de la taverne pour voir s'il n'yas pas de bléssés epnsa doroit

Il vit sa dernière recrue salement amochés soutenue par Lerequin, Doroit aida immédiatement le bléssés.
On lui raconta que tous ceci a commencer lors du partie de dés à la taverne.
Doroit en avait vraiment marre de cette taverne plein d'ivrogne se pissant dessus.
Il retourna dans les quartiers du capitaine de la Garde.


- Encore des bagarres à la taverne ça suffit les hommes eront tous morts avant l'arrivée des anglais. hurla de colère Doroit

- Que pouvons nous faire de ces ivrognes...? Que proposez vous ? demanda la capitaine de la Garde.

- Fermez la taverne et mettez les dans la garnison du ofrt bon sang ils seront mieux là ! s'exclama Doroit.

- Vous avez raison. Les nouveaux officiers vont s'en charger.

l fit à ceux ci d'aller à la taverne et de la fermer définitivement,une vingtaine de soldats derrière eux les suivirent
Journalisée
Arthurius
Messages: 41

*
matelot de seconde classe

Karma: 2
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #26 le: 04 Septembre 2010 à 22:11:56 »

Lovecraft, qui n'avait pas tout compris (encore et toujours à cause de l'alcool), demanda:

-hé mais attendez si je comprend bien... on doit aller fermer la taverne?

Les officiers supérieurs lui répondirent que oui.
Lovecraft pâlit...


-euh... et on va faire quoi du rhum? si on le laisse au tavernier il va le vendre, et ça fera de la vente illégale. ah bas je vais le garder avec moi, il sera en sécurité!

Tout le monde, y compris les gardes, regardaient Lovecraft, abasourdis, tandis que l'artilleur, courrait seul
 dire au tavernier de fermer son établissement, et de lui donner tout son rhum, parce que sinon on allait le faire pendre.

Il partit sans meme avoir reçu l'ordre de garder le rhum, mais de toute façon, ça ne changerai rien.
Journalisée
Magraen
Messages:
Invité

« Répondre #27 le: 04 Septembre 2010 à 22:27:15 »

De plus en plus amusé par l'attitude de l'artilleur, Magraen échangea quelques paroles avec ses collègues officiers. Ceux-ci sourirent et l'un d'entre eux aboya un ordre sec. Six gardes se ruèrent sur la taverne au pas de charge survit de douze autre en rang au pas. Les deux derniers restèrent en gardes des portes.
En entrant dans l'établissement deux minutes plus tard, une scène comique apparu aux officiers. Quatre des six gardes les premiers rentrés poussaient dehors chacun un fut pendant que les deux derniers portaient a bout de bras le cinquième, auquel Lovecraft s'était attaché. Les douze gardes, eux, faisaient sortir les clients dans le calme tout en se retenant de ne pas rire de l'artilleur.
Les officiers, eux, ne se retinrent pas et partirent d'un rire sonore alors que les clients, sortis, tout les gardes escortaient les futs vers les docks pour les embarquer sur le navire de Doroit, asile qui semblait le plus sur pour le rhum. Magraen failli rire lui aussi pendant que les deux derniers gardes essayaient de décrocher Lovecraft et que les officiers, hilares, fermaient la taverne, mais il se rappela alors que Lovecraft était dans son unité et, énervé, il pris seul le fut et Lovecraft avec pour les balancer a l'eau, devant l'établissement.
Les officiers et les derniers gardes repartaient a leurs quartiers et Magraen rentra dans l'établissement qui lui servait donc de QG a lui et a ces hommes désormais. Un peu plus tard, L'artilleur entra, trempé et en colère, et il passa comme un coup de vent pour aller dans sa chambre, sous l'œil rieur de son supérieur.
Journalisée
Arthurius
Messages: 41

*
matelot de seconde classe

Karma: 2
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #28 le: 04 Septembre 2010 à 22:56:39 »

Cependant juste avant de descendre, Lovecraft se saisit de son fusil boucanier, il le plaça juste sur le front de Maegren, et tira. Mais rien ne se passa.

-T'en fais pas, la poudre est mouillée, et je le savais. Je t'ai pas fait peur pour m'avoir jeté à l'eau, mais pour ce fut de rhum qui a coulé. Gredin! Quand aux autres futs à bord du navire de Doroit, je les récupèrerai.

Sur ce, il partit dans sa chambre, laissant Maergren et ses hommes, incrédules.
Journalisée
rekans
Messages:
Invité

« Répondre #29 le: 04 Septembre 2010 à 23:55:41 »

Après le "petit" différent que Yohan avit eu avec les hommes du receleur qui lui avit mis la main dessus Yohan vit sa dernire heures arriver.Mais l'apparition du capitain Le requin quil avait deja vu dans la cabine du Capitaine de la garde.

Merci pour votre aide .Ils me sont tombés dessus en 2 Secondes j'ai rien pu faire Vous pouvez maider a rejoindre le navire ou je suis affecter L'acha Yohan complètement épuise par les coups subit


Le capitaine étais entièrement d"accord sur le chemin du navire ils rencontrairent les gardes qui avait perquisitionner la taverne quelques minutes plutôt.Après avoir fait les présentations,tous se retrouvèrent sur le navire du capitaine Doriot pour un  petit briefing sur la défense de l'ile qui étais notre objectif commun 
Journalisée
Pages: 1 [2] 3 4 5 6 7 ... 9
  Imprimer  
 
Aller à:  

forum pirates rpg Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006, Simple Machines
** Respectez la charte **
Page générée en 0.055 secondes avec 22 requêtes.