08 Août 2022 à 13:01:53 Cacher ou afficher l'entête.
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Réorganisation de la carte
recherche forum pirate  
Accueil jeu :: Accueil Forum :: Aide :: Rechercher :: Identifiez-vous :: Inscrivez-vous
Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: RAPAS  (Lu 13200 fois)
Black
Messages:
Invité

« le: 23 Février 2009 à 15:03:33 »

RAPAS
Recherche AéroPortée et Action Spécialisé


Les noms :
Adjudant Alexandre Valoix (Yucca 2)
Soldat de 1ère classe Richard O'Tragan (Yucca 3)
Caporal Benjamin Laisne ( Yucca 4)
Soldat de 1ère classe Antoine Jésiez (Yucca 5)
Lieutenant Marc Lamotte (Yucca 1)
« Dernière édition: 31 Juillet 2009 à 14:33:03 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #1 le: 23 Février 2009 à 15:24:18 »

pour tous savoir sur les armes : http://www.avions-militaires.net/dossiers/armes-feu/


Chapitre I : La ferme de Browd


   A travers la nuit et l’épais brouillard, un jeune soldat avait du mal à voir l’autre rive de la rivière qui gardait l’entrée de la ferme. Je jeune homme profita du calme pour aller voir ses hommes. L’un gardait le porte de la maison avec sa mitrailleuse légère Minimi. Un autre surveillait la fenêtre du premier étage avec son FAMAS. Un dernier, quand à lui était allongé sur le toit avec son fusil à lunette Hécate II. En retournant à son poste, le jeune soldat passa devant la porte de la cave, où s’étaient réfugié un dizaine de civils. De retour à sa fenêtre, il vérifia que son FAMAS était bien chargé avant de s’accroupir et utilisa sa taki-walki.

- Tu vois quelque chose, Bravo 3 ?
- Rien en vu. répondis le soldat placer sur le toit.
- Bien. Préviens moi au premier truc suspect.
- Ca tombe, voilà justement deux tangos qui arrive par le pont.
- Recu, Bravo 3. Tous le monde se tien près, ne tirez que sur mon ordre.

   Le jeune soldat relâcha le bouton de sa radio situé sur son oreillette, à gauche, regarda dans la lunette à visée thermique de son FAMAS. En observant, il distingua faiblement deux silhouettes en train de traversé le pont, l’arme à la mains, sur leurs gardes. Il mis son arme n mode semi-automatique, plaça le bipied sur le rebord de la fenêtre. Il visa et enclencha sa radio.

- Bravo 3, tu vise celui de droite et moi celui de gauche. Rick et Antoine, vous attendez.
- Affirmatif. répondis le sniper.

   Le jeune soldat attendis de pouvoir correctement viser sa cible. Puis, quand les deux hommes qui avançaient prudemment eurent terminé de traverser le pont, il dit calmement :

- Bravo 3, feu !

   Deux détonations brisèrent le silence et les deux soldat ennemis s’écroulèrent au sol. Des cris s’ensuivirent, puis d’autre soldat arrivèrent.

- Feu à volonté ! ordonna le jeune soldat.
« Dernière édition: 06 Avril 2009 à 19:25:54 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #2 le: 23 Février 2009 à 15:47:27 »

   Tous le monde fit feu. Le soldat près de la porte, presque dans l’axe du pont fit rugir sa mitrailleuse et deux soldats s’écroulèrent. Les autres soldats allèrent se protéger contre la rambarde du mur et commencèrent à riposter, protéger des tir de ce soldat, du jeune soldat et de celui situé à l’étage, mais pas du sniper, camouflé sur le toit, qui fit de nouveau feu. Sa balle transperça la tête d’un ennemi, et toucha l’épaule d’un autre, qui retourna à l’arrière. Bravo 3 subit alors un feu nourrit, et pour éviter d’être touché, il se laissa glisser.

- Lance-roquette ! s'écria le soldat placé au premier étage.

   De l’autre côté de la rivière, cinq hommes armé de lance-roquette, courraient se mettre en position derrière des sacs de sables.

- Il faut les abbatre au plus vite ! Feu sur ces salauds ! ordonna le jeune soldat. Bravo 2 tu maintiens le tir sur le pont. Bravo 3 et Bravo 4, feu sur ces lance-roquette !

   Le soldat situé à la porte, répondant au code de Bravo 2, continua de tenir en respects les soldats placé sur le pont. Pendant ce temps, le jeune soldat ainsi que Bravo 4, à dire, le soldat placé au premier étage, dirigèrent leur tir sur les lance-roquette. Pendant cetemps, Bravo 3 avait chnager de place sur le toit et installe son gros fusils anti-matériel Hecate II, charger en calibre .50. Il tira un coup et l'un des lance-roquette sécroula, la tête pulvérisé. Mais les quatres autre restaient toujours à couvert des tirs du jeune soldat et de Bravo 4. De cefait, le jeune soldat dégoupilla une grenade et la lanca vers les lance-roquette, toujours à l'abris derrière leurs sacs de sables. La grenade explosa avant de toucher le sol, ce qui en tua deux et en blessa un autre, qui préféra retourner derrière ses lignes. Mais il restait encore un lance-roquette derrière les sacs de sables.
« Dernière édition: 06 Avril 2009 à 19:26:10 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #3 le: 23 Février 2009 à 16:09:35 »

   Le dernier attendis que les tirs se calmèrent pour le lever brutalement et tirer une roquette. Bravo 4 en profita pour l'abbatre, mais la roquette passa par la fenêtre d'où tirai le jeune soldat. Celui-i se coucha à terre, tandis que la roquette fit exploser le mur du fond. Les débrits virent bloquer la porte.

- Bravo 1, ici Bravo 2, ça va ?
- Ca va, j'ai rien, mais la porte est bloqué.

   Pendant ce temps, la Minimi de Bravo 2 continuait de cloué les ennemi derrière le pont, si bien que ces dernier s ne pouvait tirer que lorsque Bravo 2 rechargé, c'est-à-dire 10 seconde toute les 200 balles. Durant ces moment , Bravo 3 avait de parfaite, cible, et à chaque, fois, au moins une tête volée en éclat. Cependant, la situation restait délicate. Bravo 1 activa alors sa radio et la régla la fréquence.

- Âllo QG, ici Bravo 1 ! Vous foutez quoi nom de Dieu, ça chauffe ici !?
- Bravo 1, ici QG. Tenez bon section, trois hélico arrive pour vous extraire. Arrivé dans trois minutes.
- Bien reçu QG, on va tenir. Terminé.

   Bravo 1 coupa sa radio et recommença à tirer.
« Dernière édition: 06 Avril 2009 à 19:26:24 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #4 le: 23 Février 2009 à 16:30:20 »

   Les tirs continuèrent de déchirer l'air. Soudain, il bruit sourd, suivit d'un sifflement et d'une explosion se fit entendre, et la ferme trambla.

- Tous le monde va bien ? demanda Bravo 1 en activant son taki-walki en appuyant sur son oreillette gauche.
- Ici Bravo 3, moi ça va.
- Bravo 2, au poil !
- Et Bravo 4 ? Bravo 4 ? Antoine, répond !
- Ca va, ca va. Un peu secoué, mais ça ira. La vache, c'est pas passé loin.
- heureux de t'entendre vieux. Fait tous pêter !
- Je fait boum ?
- Ouais, boum.
- OK, boum.

   A ce moment une énorme explosion fit voler en éclat le petit pont en pierre, ainsi que ce qui se trouvait dessus, à dire quelques hommes et un char d'assaut.

- Pont détruit, Bravo 1.
- Ici Bravo 2. Belle explosion.
- Merci.

   Mais un autre char s'avança et commença à mitrailler ce dernier, qui fut contrain de se mettre à couvert. Un tir de canon fit volée en éclat une partie du toit. Par chance, Bravo 3 ne se trouvait pas de ce côter. Seul Bravo 1 et 4 pouvaient encore riposter. Profitant de ce répis, les ennemis commençèrent à traverser la rivière à gué. Bravo 4 les repéra et commença à tirer, mais il n'eu le temsp que d'en abbatre un que la seconde mitrailleuse du char, celle placé sur la tourelle le pris pour cible et l'obligea à rester planqué. Bravo 1 régit alors.

- Bravo 2, tu as bien un lance missile sur toi ?
- Ouais.
- Et Bravo 3 a bien le désignateur laser qui lui correpond ?
- C'est bon, j'ai pigé vieux. Bravo 3, dis moi quand c'est bon.
- Compris Bravo 2, visée en cours.

   Bravo 3 avait sortie une espèce se lunette de visé et la point ver s le chars. Pendant ce temps, Bravo 4 dépila son mortier légé et bombarda les positions ennemi.

- Ici Bravo 3, cible désigné.
- Ici Bravo 2, bien reçu Bravo 3, j'ai le signal.
- Feu !

   Bravo 2 visa vers la porte tout en restant à couvert et tira. Le missile fila et s'orienta tous seul. Mais le char eu le temps de tirer un dernier coup de canon. Bravo 3 se laissa glisser le long du tois, tandis que ce dernier explosa. Arrivé au bord, il tente de s'aggripper à la goutière. Mais cela ne fit que ralentir sa chute, et il tomba du toit. Pendant ce temps, le char avait explosé.
« Dernière édition: 06 Avril 2009 à 19:26:38 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #5 le: 23 Février 2009 à 16:51:51 »

   Bravo 3 se relava entre le bâtiment de la ferme et un mur en pierre. Près de lui, quelque caisse et une porte permettant de rentrer dans le bâtiment.

- Bravo 3 ici Bravo 1, ça va ?
- Mouais, bof, j'ai quelque bleus, mais ça va. Il y en a qui nous contourne, je les descends ?
- Affirmatif.

   Bravo 3 commenca à monter sur les caisses et à viser, aider par le bord du mur.

- Merde ! s'écrai Bravo 3.

   A ce moment, des tirs vinrent le déloger de son poste de tir, et il du se caché derrière les caisses.

- Bravo 1 ici Bravo 3, il y en a qui on fait le tour du bâtiment d'en face et qui me canardent.
- Il commencnet à m'enerver ces salauds. Et ces putain d'hélico qui sont toujours pas là.

   A ce moment, plusieurs explosion retentir et la fermer commença à subir un tir de mortier. Soudain, le bombardement cessa et des explosions se firent entendre au loin.
« Dernière édition: 06 Avril 2009 à 19:26:54 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #6 le: 23 Février 2009 à 17:08:23 »

   A ce moment, trois hélicoptères sortirent de la nuit.

- Bravo 1 ici Corbeau, avons détruit plusieurs mortier lourd, arrivons sur vous avec Couvreur et Pêcheur.
- Ici Bravo 1, heureux de vous entendre les gars. Il y a une porte par derrière, on va sortir par là, mais il faut que vous détruisiez le mur au niveau de la fumée rouge.
- Bien reçut. Couvreur va stationner au-dessus de vous pour mitrailler la zone.
- Ok, Bravo 3, place un fumigène rouge pour leur indiquer la place, mais fait gaffe à pas sauter avec.
- Prend moi pour un con. Ok, ça roule.

   Bravo 3 s'empressa de poser un fumigène rouge près du mur. Il eu à peine le temps de se mettre à couvert que :

- Corbeau, fox deux !

   Un missile partis de l'hélicoptère Alouette III et le mur explosa.

- Objectif atteind Bravo 1. Vous pouvez commencer l'évacuation.
- Reçut, occupes-en toi Bravo 3.
- Compris.

   Bravo 3 alla chercher les fermier tandis qu'un hélicoptère puma se posa près du mur. Tandis que les deux autre hélico et les les trois autre commandos s'occupaient de contenir les ennemi, les fermiers montainet dans l'hélico.

- Ici Bravo 3, civils en sécurité, vous pouvez décoller Pêcheur.
- Bien reçut Bravo 3, c'est partis.

   L'hélicoptère Puma décolla avec les civils en sécurité.

- Bravo, ici Corbeau. Couvreur va se poser rapidement derrière la ferme et vous évacuer, faîte vite.
- Compris, Bravo 4, vient me dégager.
- J'arrive patrion.

   Bravo 4 rengea son mortier et descendis. Il placa un peu de C4 au niveau de la porte et fit exploser la charge, qui fut suffisante pour ouvrir un passage.

- Merci Antoine, allez on y va. Bravo 2 amène toi !

   Bravo 2 cessa de tirer et se releva. Peu après, tous le monde était à bord de Couvreur, un hélicoptère Puma. Celui-ci décola rapidement et Corbeau suivit le groupe qui s'envola vers le sud, salué par les tirs des ennemis.
« Dernière édition: 06 Avril 2009 à 19:27:08 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #7 le: 07 Mars 2009 à 20:07:47 »

Chapitre II : Instruction

   Après quelque minutes les trois hélicoptères se posèrent. Tandis que des médecins et d'autre soldats s'occupèrent des civils et que les pilotes réglaient leurs formalités, les 4 commandos furent acclamé par leur camarades, tandis qu"un officiers les acceuillait. Pendant ce temps, dans une maison de la base, un homme observe la scène en entrouvrant le store. Il se retourna. L'homme était un colonel. En se retourant, le colonel fit face à un général, confortablement assis dans un fauteuil, fumant un cigare. Le général demanda au colonel :

- Que se passe-t-il, Colonel ?
- Quatre de mes meilleurs hommes viennent de rentré d'une mission sur la frontière.
- Qui les commande ?
- L'adjudant Alexandre Valoix.
- Un adjudant ? s'étonna le général.
- Oui mon Général. Il a été affecté avec ses camarades au 8ème RPIMa en février.

   Le colonel prit plusieur dossier dans son bureau et ouvrit le premier.

Valoix a commencé en 95, après avoir être sortis 6ème de sa promotion à l'ENSOA. Il a commencé au 27ème Bataillon de Chasseur Alpins. Puis il a passé son Brevet Para et a été mûté au 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes. Après il a fait dans les régiment d'infanterie de marine, passant par les unités para de la Légion Etrangère. Il était au 2ème RPIMa avant d'arriver ici.
- Aucun d'eux n'a de l'expérience au combat ?
- Non. Ils ont de l'expérience dans l'Armée mais c'est tous.
- Qui sont les autre ?
- Le 1ère classe Antoine Abdul Jesiez-El Malhid, continua le colonel en ouvrant le second dossier.. Il a commencé en 1994 au 402ème Régiment d'Artillerie. Il est ensuite allé dans le 35ème d'artillerie parachutiste puis est passé dans l'artillerie de marine, pour rejoindre les troupes de marines.
- Ensuite ?
- Ensuite on a le 1ère classe Richard O'Tragan, le fil d'un immigré irlandais. Il a commencé en 1995 également, dans le 126ème RI. Il a ensuite fait le 35ème RI, le fameux 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes, le 33ème RIMa, le 1er RIMa, le 2ème RPIMa, avant d'arrivé ici au 8ème RPIMa. Le dernier, le plus vieux, s'appel Benjamin Laisne. Il a débuté en 1993 au 43ème RI, puis est apssé par le 110ème RI, le 1er RI et le 21ème RI, avant d'être envoyé 3ème, 2ème puis 8ème RPIMa. C'est un tireur d'élite professionel.
- Vous me bombarder des noms de régiment inconnu pour moi.
- Je sais, j'avais oublier que vous êtiez américain.
- Et ils sont si doué que ça ?
- Doué ? A croire que le ventre de leur mère était un camp d'entrainement de la Légion Etrangère.
- Ah Ah Ah ! Mon cher Michel, vous me ferez toujours rire. Pensez-vous qu'il accepterai un mission euh... chaude ? ria le général.
- Chaude ? s'étonna le colonel.
- Oui, chaude, hot, brulante, difficile.
- Oui, oui, je sais ce que ça veux dire.
- Ben alors répondez !
- Je dira avec une quasi certitude qu'ils n'attendent que ça.
- Bien. Alors vous le convoquez, vous leur payer un bon whisky, et même plusieur, et vous leur demandez.
- Euh... d'accord. Mais c'est quoi cette mission ?
- Celle dont je vous est parlée l'autre jours.
- Ah oui. Je vois. Je ne la dirai pas chaude.
- Dite touts suite que c'est une mission de routine.
- Je la dirai magmatique.
- Allons, n'exagéreons rien. Pour votre commandos de jeune blanc-bec suicidaire et pétant le feu, la mission sera de la bibine. Bon, c'est pas tous ça, mais je dois passé voir le chef d'une escadrille de la chasse américaine. Au revoir.
- Au revoir, sir. Salua le colonel.

   Le général rendis son salut au colonel et partis en coup de vent, laissant ce dernier sur place.


Les régiment de l'armée française : http://www.defense.gouv.fr/terre/decouverte/presentation/composantes
« Dernière édition: 02 Mai 2009 à 20:02:04 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #8 le: 24 Mars 2009 à 19:36:19 »

   Dehors, les quatres jeunes militaires discutaient de leur soirée avec leurs camarades. Certain, jeune eux aussi, les voyaient désormais comme des as, tandsi que d'autre ,plus agée et plus expérimenté voyaient en eux une relève possible, à condition de ne pas en faire trop. Un caporal arriva et salua.

- Excusez-moi messieur, mais le colonel vous demande.
- Ok, on arrive tous de suite.

   Le caporal touran des talons suivit par les quatres compères.

- C'est l'heure de la remise des médailles, on dirait ! s'exclama le plus grand des quatres.
- T'enflamme pas trop Rick. répondit le grand noir.
- En tous cas, il y a quelque chose à nous dire. se questionna le chef.
- Ouais, mais quoi ? questionna Rick.
- Peut-être veut-il nous dire a quel point il est fier, de nous, et là il va nous dire : "messieurs, je suis fier de vous, au non de la Nation". Et il va nous serrer la main et on sera connu de toutes les huiles de l'OTAN, et... blablata le soldat d'origine Arabe.
- C'est bon Jésiez, c'est bon.

   Les quatres arrivèrent chez leur colonel. Introduit devant ce dernier par l'aide de camps, ils saluèrent tous le quatres.

- Repos.

   Puis, il s'avance en souriant. Jésiez chuchota alors.

-*Attention, ça va commencer.*
- Chut !
- Tous d'abord, bien joué.
- Je voud l'avez dit !

   Tous regardèrent Jésiez, qui se tue quand le colonel commença à lui faire les gros yeux.

- Désolé sir.
- Première classe Jésiez, je comprend tout à fait que vous soyez heureux d'être encore en vie, mais ce n'est pas une raison pour parler pour ne rien dire quand à vos prognostics idiot.
- Oui mon colonel, mais... oui mon colonel.
- Parfait, sur ceux passons aus choses sérieuses. J'ai une mission pour vous.
« Dernière édition: 20 Avril 2009 à 20:15:53 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #9 le: 26 Mars 2009 à 19:25:51 »

   Les quatres compères furent surpris et émus devant cette information. En fait, ils étaient assez fier de se voir confier une mission. Le jeune Valoix fut le premier à répondre.

- A vos ordres mon colonel.
- Je me doit cependant de vous informé que cet ordre de mission provient du haut commandement des forces de l'OTAN au Kosovo. Il s'agit d'une mission a haut risque et je ne peu donc vous obligé à l'accomplir. Votre réponse ?
- Pour.
- 1ère classe Richard O'Tragan ?
- Pour mon colonel.
- Et vous Laisne ?
- Je suis partant.
- Jésiez ?
- Et bien puisque tous le monde semble vouloir partir, je ne peu abandonné mes amis, de plus il serai honteux de ma part de refusé un tel... oui ? Quoi ? questionna Jésiez alors que Laisne, lui donnait de petit coup de coude. Jésiez regarda son colonel qui le fixait d'un regard d'impatience et légèrement colérique.
- Alors 1ère classe Jésiez !?
- Euh... J'accepte mon colonel.
- Et bien c'est parfais. On va pouvoir passé aux choses sérieuses.

   Le colonel invita les quatres à s'assoir, tandis qu'il allumait un rétroprojecteur, projetant ainsi une carte de l'ex-Yougoslavie sur un tableau blanc.
« Dernière édition: 20 Avril 2009 à 20:18:01 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #10 le: 07 Avril 2009 à 19:52:09 »



   Tandis que les quatres hommes s'assirent, le colonel commença le briefing.

- Bon, alors le drapeau français, c'est notre base, de son nom Concession, à Mitrovica. Ce cercle rouge, c'est une zone truffé de SAM. Qu'est ce qu'un SAM ?
- Section Assassin de Milosevic ?
- Jésiez !
- Désolé. s'excusa le jeune sergent en souriant, tandis que ses trois amis rigolèrent très discrètement.
- Ce sont des missiles sol-airs.
- C'est cela Valoix. Et il y en a tellement qu'aucun avion de l'OTAN n'a pu y pénétrer sans manquer de se faire descendre. Et pendant ce temps là nos services d'espionnage constate une accumulation d'artillerie et d'unité militaire yougoslave dans la zone.
- Ils préparent une offensive ?
- Sans aucun doute. Et si elle a lieu, je vous raconte pas les dégâts. Aussi voilà ce que vous demande de faire messieur. Vous allez être larguez ici, près du parachute bleu, au Monastère de Studenica.
- C'est quoi ce truc ?
- Un des plus ancien et riche monastère orthodoxe serbe. Ces vicieux en ont fait un beau dépôt d'artillerie bourré de SAM. Votre mission concistera non pas à démolir l'artillerie ou autre truc, mais uniquement les batterie de SAM. C'est compris ?

   Les 4 hommes firent signe que oui et le colonel repris.

- Après votre largage, vous marcherez vers le sud en démolissant tous les SAM sur votre route. Vous marcherez jusqu'a ce lac où l'on vous récuperera.
- Il n'y a pas moyen d'être récupéré plus au nord ?
- Ce serai risqué, c'est une zone peuplé de serbe, et qui sait ce qui si passe. Voilà. Des questions ? Non ? Alors rompez !

   Les quatres hommes prirent rapidement congé de leur colonel et s'empressèrent de rejoindre leur bengalow.

Le dispositif français au Kosovo : http://www.defense.gouv.fr/layout/set/popup/content/view/full/51859
« Dernière édition: 02 Mai 2009 à 20:03:16 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #11 le: 02 Mai 2009 à 17:01:29 »



- Ca va on a compris, la ferme ! grogna Rick.

   La sonnerie à peine terminé, un homme entra dans la pièce et hurla en alluamnt la lumière :

- REVEIL !!

   Puis il reparti pour faire de même dans le chambre voisine.

- Il commence à me gonfler ce con à gueuler comme un malade tous les matins. On l'a entendu leur clairon, merde !
- T'es dans l'armée Rick, et en opération en plus.
- Ouais, d'accord. Mais tu rentre en pleine forme, et tu sort sourd.
- Faut peut-être pas exagérer. Tu sais le clairon l'intrument à cuivre le plus simple, sans piston et sans coulisse. En fait, il ne faut pas confondre clairon et trompette de cavalerie. La trompette de cavalerie a un son plus éclatant. Il fut inventé en 1822 et fut utilisé dans l'armée des 1831 et ...
- Antoine, s'il te plait, on vient de se lever.
- C'est ça ou le clairon, Rick.
- Le son de clairon est doux à côté de la voix d'Antoine.
- Faut dire si je te fait chier. commença à se vexer Antoine.
- Bon, arrêtez de vous disputer et préparez-vous.

   Les quatre hommes mirent leur treilli et sortirent de leur bengalow pour aller se rassembler dans la cours, pour la lever au drapeau.
« Dernière édition: 03 Mai 2009 à 16:43:00 par Black »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #12 le: 05 Mai 2009 à 20:26:32 »

   Rapidement sortis de leur baraquement, le groupe alla se mettre en rang avec les autres dans le cour. Tous était en place mais discutait, attendant les autres. Puis, quand tous le monde fut présent et que l'Etat major était arrivé lui aussi, le Colonel ordonna le garde à vous. Parfaitement aligné, les soldats en treillis, portant fierement leur béret rouge et leurs insigne, obéir. La fanfare de mit marche, tandis qu'un soldat hissait le drapeau tricolor en haut du mât. Devant la lente monter des couleurs, les soldats du 8ème Régiment de Parachtistes d'Infanterie de Marine saluaient.




   Quand la musique s'arreta, le drapeau flottait en haut du mât. Le colonel donna l'ordre de rompre les rang et la troupe se disperça. La plupart allèrent à la cantine prendre leur petit déjeuner, tandis que d'autre partirent en poste.

- Je doit vous laisser les gars, je suis de surveillance au poste de tir.
- Ah, je pourrai enfin manger tranquilement.
- Compte là dessus. Tu mange quand ?
- J'en ai pour deux heures. Ensuite on va manger. Mais vous inquiétez pas, on a une télé et il y a du rugby ve mat'.
- Qui c'est qui joue ?
- Irlande-Italie ! On va les bouffer !

   Rick s'éligna tandis qu'Alexandre, Benjamin et Jésiez prirent la direction de la cantine.
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #13 le: 23 Mai 2009 à 12:21:43 »

   Bien installé devant leur table de petit déjeuné, les trois compagnons discutaient des détail de leur mission.

- T'as eu plus de détail pour notre mission, Alex ?
- Rien.
- Ca ne devrai pas être long. T'es le plus haut gradé parmis nous, c'est oi qui va t'occuper de tous avec le colon.
- Non, justement. Je ne suis pas assez gradé pour commander un groupe entier.
- Bah, sergent-chef, ca dirige un groupe en théorie. C'est pas ce qu'on est ?
- Pas dans les commandos, Antoine. Dans les commandos, les chefs de groupe sont des officiers comme sous-lieutenant et lieutenant.
- Ca ferai chier qu'on nous colle un officier comme patron.
- Pourtant ca pourrai nous aider. On y connait rien a ce genre de mission. Le travail en équipe, oui, mais pas dans ce genre de situation.
- Dès que j'en sais plus je vous en parle.
- Ok.
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #14 le: 06 Juin 2009 à 19:27:17 »

   En sortant de la cantine, Alexandre fut convoqué dans le bureau du colonel. Il s'empressa d'y aller, et arrivé dans le bureau :

- Repos. Adjudant Valoix, je vous présente le lieutenant Marc Lamotte. Il commandera le groupe.
- Lieutenant. répondit Alexandre en claquant des talons.
- Repos. Alors c'est vous qui à l'origine dirigait ce groupe ?
- En effet.
- Quels sont vos états de service ?
- J'ai commencé au 27ème Bataillon de Chasseur Alpins, puis après le 1er Régiment de Chasseur Parachutiste. Après j'ai fait Régiment d'Infanterie de Marine du Pacifique Nouvelle-Calédonie. J'ai été prété au 2ème Régiment Etranger de Parachutiste avec le grade d'Adjudant. Ensuite j'ai rejoins le 33ème RIMa, le 1er RIMa, le 2ème RPIMa avant de rejoindre le 8ème RPIMa.
- Beau parcours. Pourquoi vous êtes vous engagé ?
- Pour servir mon pays et aiser à l'instauration de la paix dans le monde.
- Combien mesurez vous ?
- Euh... 1m77.
- J'espère que vous meilleur sur le terrain qu'il n'y parait.
- Juis-je savoir ce que vous insinuez ?
- Disons que je suis étonné qu'un gringaler comme vous soit arriver ici.
- Ne vous fiez pas au apparance, lieutenant. Je vous rappel que ces hommes sont volontaire et qu'ils ont déjà monter leur valeur, et que Valoix est en plus un exellent tireur, en plus d'un remarquable meneur et tacticien.

   Alors que le lieutenant regardait un dossier sur le bureau, Alexandre fit un signe de tête pour remercier son colonel.

- Bien, je supposeque si on vous a choisis pour cette mission, c'est que vous en êtes capable. Cependant je vais mettre les points sur les "i". Le chef, c'est moi. Vous vous serez mon second. C'est compris.
- Bien.

   Alexandre put alors diposer. Il quitta donc le bureau, un peu énervé par le comportement du lieutenant. Il s'empressa de raconter l'évènement à son groupe.
Journalisée
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

forum pirates rpg Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006, Simple Machines
** Respectez la charte **
Page générée en 1.108 secondes avec 19 requêtes.