29 Février 2024 à 22:36:45 Cacher ou afficher l'entête.
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Réorganisation de la carte
recherche forum pirate  
Accueil jeu :: Accueil Forum :: Aide :: Rechercher :: Identifiez-vous :: Inscrivez-vous
Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Voile vers Gibraltar  (Lu 13834 fois)
Black
Messages:
Invité

« le: 19 Mars 2009 à 19:20:30 »

précédent : http://forum.ageofseadogs.com/index.php/topic,2434.msg68215.html#msg68215

   Jéricho regarda la côte s'éloigner. Depuis qu'il naviguait, il avait une certaine apréhension en regardant la côte deisparaitre, se demandant si il la revairait ou pas. Kévin s'approcha de lui et regarda également ce qu'il restait de la côte. Jéricho lui demanda :

- Vous comptez prendre quel itinéraire pour rejoindre Gibraltar ?
- On longera les cotes marocaines pour commencer puis on remontera vers le sud de l'Espagne pour enfin passer les Gibraltar.
- Bien. C'est un petit détour, mais c'est plus prudent si vous avez des ennui avec les Espagnols. Nous devrions arriver �  Gibraltar dans 5 ou 6 jours je pense, qu'en dites-vous ?
- Nous n'avons pas de problème mais la sécurité est renforcé et ils fouillent certains navire ça serait facheux qu'il vous trouve et nous pende.
- Il ne le feront pas. Même si il me recherche pour piraterie, le fait que je sois un corsaire français me protège d'eux, et �  mon avis, avec la guerre, ils ont mieux �  faire que fouiller des navires qui porte des couleurs alliers. Si vous le tenez, je mettrais des vêtements plus pauvre et avec mes hommes, ont se dissimulera parmis l'équipage. Ils ne nous trouverons pas, ils y �  plusieurs centaine d'homme sur ceux navire, si ils veulent contrôler chacuns d'eux, ils n'ont pas fini.
- Oui pas faux faisons comme ça allons a Gibraltar et melez vous l'équipage.On arrivera plus vite a destination.
- Vous avez raison, deux précotions valent mieux qu'une. Je vais prévenir mes hommes et mes officiers que nous vous aiderons lors des manoeuvres. Rassurez-vous, ils n'auront qu'autorité que sur mes marins, ils ne commandrons pas �  votre place.
- Je suis rassuré,nous arriverons au bout de 5 a 6 jours de voyage non ?
- Oui, je pense. Cela fait combien de temps que vous êtes dans la piraterie ?
- Au moins 3 ans en tant que capitaine et 7 en tout.
- Ah, je vois. Vous débutez presque alors. Non, je plaisante. Moi ça fait 20 ans que je navigue comme pirate sur le Black Shark comme second. J'en suis devenu le capitaine il y a 5 ans, en 1702, �  la mort du précédent. Nous avons pris la mer ensemble. A 15 ans notre brick marchand a été attaqué par les corsaire anglais, qui commandaient le Black Shark. Après un combat acharné nous réussir �  prendre le navire ennemi, mais il nous restait si peu d'homme. Mon amis, Alexandre, était le dernier officier encore en vie, aussi l'équipage décida de le nommé capitaine. Dans la nuit notre brick sombra et Alexandre devint alors capitaine du Black Shark. C'est �  ce moment qu'il décida de se lancer dans la piraterie, dans le noble but de combattre l'esclavage. Afin de garder un refuge, nous devinrent également corsaire pour la couronne de France, un peu par patriotisme aussi il faut dire. C'est en combattant l'esclavage qu'il a été tué, me donnant le Black Shark et me confiant sa fille, qui est aussi ma fieulle. La vie et dure parfois. Et vous, comment vous êtes vous retrouvé pirate ?
- Moi, mon oncle fut pendu pour piraterie injustement quoi que,alors je décida de me venger des espagnols et des anglais qui avait tuer mon oncle et ruiner ma famille,c'est mon oncle quim' a tout apprit car mes parents m'avaient confié a lui pour que je devienne marin.
Un soir avec 80 marins, dans le port de St barthélémy, il se trouver un navire soit disant hanté et maudit,c'est un énorme navire,on s'y introduisit dans le batiment la nuit et on partit,voila comment j'ai eu mon navire et comment je suis devenu pirate.

- Mmh. Vous faîtes donc ce boulot par vengeance. Certain anglais et les espagnols ont peut-être pendus votre oncles, mais ils ne l'ont pas tous fait. La vengeance est un bon stimulent, mais il faut faire attention entre venger et massacrer.
- Ouais, on a des limites, mais nous ne sommes pas des sanguinaires, ou si nous le sommes c'est qu'il y a de bonne raison.
- Nous sommes pareil mes hommes et moi. On essaye de combattre l'esclavage en faisant le moins de victimes inocentes. Il faut dire que de nos jours, il est dur de combattre l'esclavage de façon pacifique, cela est tellement ancré dans l'esprit de la société que des qu'on parle d'abolir l'esclavage, on vous prend pour un fou. Ce qui le voudrai ne sont que trop peu, alors pour montrer qu'on est contre l'esclavage, on fait de la piraterie. Il me vient en tête un proverbe de je ne sait plus qui. Il disait "fait le bien, personne ne le saura, fait le mal, tous le monde le saura". C'est malheureux, mais c'est comme ça.
- Oui en effet c'est malheureux mais nous rendons la liberté a des innocents,nous sommes les gens les plus libre du monde.
- Ca c'est bien vrai. C'est ce qui me manque déj� . Quand vous avez votre navire. Que vous commandez ou même que vous travaillez dessus, vous êtes libre. Regardez moi et vous verez un homme en exil qui est déj�  en manque de liberté. Je veux naviguer de moi même.

-Bah ça viendra d'ici 2 semaines vous serez le pirate le plus libre de Jérusalem mais vous devriez venir dans les Caraibes c'est un coin super et nous sommes libre. La mer est calme des conditions de voyage parfaite, j'espère que vous retrouverez votre liberté.
- Tu crois peut-être que je l'ignore ? s'étonna Jéricho. Ca fait 20 ans que je navigue dans les Caraïbes. Je suis revenu en Europe pour la guerre �  propos de la succession d'Espagne. Mais je ne quitterai pas l'Europe sans mon navire. J'ai un amis haut-placé issus de la noblesse resté �  Brest qui tente de déjouer le complot contre moi, de plus ma fieulle �  été confié �  un couvent près de Paris avec mes amis et officiers. Depuis la Méditérannée je pourrai le contacter, je n'aura qu'a régulièrement déposé un de mes homme en Italie, où je ne suis pas poursuivit pour piraterie, et par diligence il rejoindra Brest.

   Kévin ne répondis pas et semblait sans avis. Il s'excusa de quitter Jéricho et partis veiller �  la manoeuvre avec plus d'attention, alors que Jérico partis prévenir ses hommes qu'ils pourraient se confondre dans l'équipage ainsi que leur destination.  
« Dernière édition: 05 Avril 2009 à 11:59:10 par Black »
Journalisée
kevin26703
Messages: 7488

Modérateur Global
*****
vieux loup de mer
Ancien Modérateur Global


Karma: 235
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #1 le: 20 Mars 2009 à 19:26:35 »

Les manœuvres se passaient bien,il faisait un beau temps,la mer était plate des conditions de voyage parfaite.

- Magnifique temps n'est ce pas Luis

- Exact Capitaine nous sommes loin de Gibraltar ?

- Dans une semaine si les conditions de voyage sont mauvaises.

Les marins tirèrent sur les cordages,les voiles étaient gonfé on avait remplacer le Grand Hunier fixe qui était déchiré.Le navire était en plein océans.
Les marins de Jéricho eux aussi aider les marins de Kévin qui se rejouissait du travail bien fait .

- Ah timonier !Sommes nous loin des cotes marocaines?

- Pas tant que ça . répondi t'il.

Pas de navire a l'horizon "Le Monstre des Mers" était le seul navire naviguant dans les environs,Kévin prit sa carte marine puis il prit sa longue vue pour voir les environs ,pas un navires :

- Pas de navire en vue nous serons plus tranquille pour le voyage


- Oui bonne nouvelle répondit Jéricho qui passa en un coup de vent.

Kévin ne le vit pas passer, les marins furent satisfait ils eurent leur part de rhum et de vivres, aucun marin fut fouetter ,après un bref repas ils reprirent leur activités sous le commandemant de Luis Marquez et du bosco ,sous l'oeil avisé de Kévin.
   
« Dernière édition: 20 Mars 2009 à 19:27:13 par scar »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #2 le: 21 Mars 2009 à 19:39:30 »

   La nuit tomba rapidement sur le Monstre des Mers. Kévin avait répartis les hommes de Jéricho parmi les quarts. La journée avait été calme, et par la nuit tombante, les hommes étaient assez détendus. Certain matelot du Black Shark étaient de quart et parmi eux Kimi, qui discutait avec ses amis. Vers 22h, celui-ci se leva.

- Tu vas où ? demanda un de ses amis.
- Je vais chercher mon mousquet pour le nettoyer, on se fait chier ici.

  Le jeune suédois descendit dans l'un des entrepont du puissant vaisseau de ligne. Tout était calme. Avec la nuit, la plupart des hors-quart dormait ou faisait silence. Kimi du descendre dans la cale, l�  où les affaires des matelots du Black Shark avaient été mise, mais dans le noir et l'immensité des cales, il ne les trouva pas.   
  De la lumière attira son attention. Pensant trouver quelqu'un qui pourrait le renseigner. En s'avançant, il vit quelqu'un de dos, complètement nu en train de se laver. Il ouvrit la bouche pour poser sa question, mais en regardant mieux, il fut surpris par la féminité des lignes du personnage. Surpris de se retrouver face �  une femme, il fut un instant gêné, mais en voyant les habit masculin de la femme, il compris qu'elle se cachait. Il lança alors :

- Euh, désolé de vous déranger, mais je cherche quelque chose... mademoiselle.

   La personne sursauta, et osa pas se retourner tout de suite, tremblante elle se retourna lentement ayant prit soin de prendre un vêtement pour cacher sa nudité. Elle osait pas parler, tétanisée par la peur. Devant tans de frayeur, Kimi se montra calme.

- Inutile de me cacher votre féminité, j'ai compris. Mais pourquoi vous cachez-vous ? Votre capitaine est incapable d'empêcher qu'on vous fasse du mal ?

- Non non balbutia t elle timidement, elle qui n'était pas de nature timide,de ses voyages en mer l'avait comme rendu plus pure car elle avait un autre moyen de gagner sa vie.
- Vous connaissez la superstition sur le femme �  bord.

- Oui, celle qui dit que les femme porte malheur. Notre capitaine n'y a jamais cru. Il y a quelque femme �  bord de notre navire, elle doivent se faire une place, mais c'est pas toujours facile.

- Peut être mais j'ai déj�  navigué sur un navire où le capitaine acceptait les femmes comme passagère. Je sais que dans mon passé j'ai été une fille de mauvaise mœurs comme vous dite. Mais ça été un cauchemar les marins en ont abusé. En plus je me suis caché �  votre capitaine je sais pas si il peut me pardonner.
Elle lui prit les mains.

- Je vous en supplie ne dite rien je suis prêt �  faire ce que vous voulez...
- Mon capitaine �  moi ne dira rien, mais celui de ce navire lui... Je ne direz rien, mais je vous conseil de venir avec nous en Terre-sainte, l�  où nous allons. Les hommes de mon capitaine sont des hommes de confiance qui ne vous ferons rien, je vous en donne ma parole. J'en parlerai juste �  mon capitaine, il comprendra. Si par hasard vous avez besoin d'aide, n'hésitez pas �  venir me voir, moi ou mon capitaine. Mais que fait une si jolie fille comme vous ici ?

   Elle eut un sourire, puis mit son haut, ample qui lui descendait presque �  mit cuise et dont les manches, maintenant déchirées, auraient sans doute descendit en dessous des mains.

   Elle s'assit et le regarda dans la bautée de sa jeunesse.
- Je veux bien vous expliquer mais promettez moi de ne rien dire de ce que vous avez vu. S'il vous plait.

   Car malgré tout le bien que son interlocuteur lui avait dit sur son capitaine elle se méfiait des hommes dont elle ne connaissait rien et surtout des marins, cette race d'hommes insaisissable aussi libre que le vent qui les porte au loin.

- D'accord, mais vous vous me promettez de quitter ce navire dès qu'on débarquera. Marché conclu, alors ?

- D'accord dit elle après un court moment. Elle regarda la bougie éclairant d'un pâle halo l'endroit puis dit elle �  voix basse. Voila je suis originaire des caraïbes, d'une famille qui n'a connu que l'île d'Antigua. Mon père qui était bucheron est mort quand j'avais onze ans. J'ai aidé ma mère au travail et quand elle est morte cinq ans après j'ai été obligé de vivre dans la rue m'offrant aux hommes.
J'ai fait ca durant deux ans juste avant une rencontre, courte mais qui a changé ma vie. Elle marque une pause, le regard vide, se remémorant les souvenirs, elle eut un léger sourire et continua �  voix basse de sa voix légère. Un homme que j'ai connu qu'une journée, je connais pas son nom. Il était musulman, je crois que c'est comme ça qu'on les appelles, enfin il venait de l�  où on va. Il était exilé, seul loin de tout et de ses terres. Je l'ai aidé �  fuir des gens et il m'a sauvée la vie, il s'est sacrifié. Le jour de notre rencontre la ville a été attaqué par des indiens qui ont prit la ville. Je me suis enfui comme énormément de gens sur des navires quittant l'île. Une fois �  terre, j'ai décidé comme ce guerrier de refaire ma vie, de changer de manière de vivre.
J'ai été engagé sur un navire corsaire français, le capitaine était un de mes anciens clients, mais je le savais pas. C'est sur ceux navire que j'ai été marqué et plusieurs fois violé, car je m'étais présenté en femme. Mais j'en ai tué un un jour, un salaud qui pensait qu'�  me frapper. dit elle la mâchoire et les poings serrés de rage. J'ai fuit le navire et je me suis engagé sur un autre navire français, un marchand "L'union" déguisé en homme j'ai appris le métier de matelot. Mais un jour on a accosté dans un port où se trouvait le corsaire. J'ai paniqué et je suis monté sur navire en route sur le vieux continent, j'étais curieuse de découvrir ce monde. dit elle, comme le dise ceux d'Europe en parlant des Indes occidentales. Mais peu avant qu'on arrive au port un marin s'est écrasé sur moi j'ai compris que lors de ce contact il avait remarqué que j'étais une femme. Alors je me suis engagée dès notre arrivé sur ce navire, sans même prendre ma solde. Voila tout mon voyage.

   Kimi compatis quand �  l'histoire de la jeune femme. Pendant qu'elle racontait, il s'était assis près d'elle, pour mieux l'écouter. Quand elle eu fini, il répondis :

- Les navires ne sont pas des endroit pour les filles comme vous, mais avec nous vous serez en sécurité. Si ont vous avez violé sur l'autre navire, celui qui aurai fait ça aurai été sévèrement punis. Au fait, je ne connait même pas votre nom. Moi c'est Kimi Arken.
- Sarah dit elle timidement. Mais appelle Thibaut dit elle avec un sourire.

   Soudain ils entendirent du bruit un homme qui descendait. la jeune fille se cacha derrière un ballot de tissus.
Elle put voir les pieds nus d'un marin. Ce dernier vit Kimi.


- Alors tu le trouve ton fusil ? Je me suis inquiété j'ai pensé que tu étais mort! Ramène toi et vite!  dit l'homme sur un ton amical, mais dont les gestes montraient bien que c'était un ordre.
- Bien Monsieur Hayes, je vous rejoind en haut.
- Ne traîne pas Kimi, sinon je t'envoie Achille.
- Ho, il vaut mieux que je remonte, et vite.

   Alorsque Hayes remonta, Kimi se retourna et lanca rapidement.

- Si vous avez besoin n'hésitez pas �  me prévenir, et si vous voulez je peux vous cacher, je m'occuperai de tout.

   Elle n'eu pas le temps de répondre qu'il attrapa son mousquet et remonta sur le pont, avant qu'Achille et son habituel ton râleur ne vienne le chercher.  
Journalisée
kevin26703
Messages: 7488

Modérateur Global
*****
vieux loup de mer
Ancien Modérateur Global


Karma: 235
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #3 le: 26 Mars 2009 à 17:30:37 »

Deja 2 jours de mer, la mer s'agitait un peu.On n'était a la moitié de notre itinéraire,le cacatois s'était déchirer avec la courte tempête et le maitre Voilier changea aussi la brigantine. deux marins se sont battus pour une bouteille de rhum. Kévin en fut avertis et il arriva immédiatement.

- Capitaine ces marins se sont battus que faisons nous d'eux ? demanda le bosco.

- Ne soyons pas cruels les amis. Mettez les aux fers jusqu'à la fin du voyage ! ordonna Kévin.

Les 2 marins furent emprisonnés et les marins retournèrent �  leurs poste. Le navire s'était éloigné des cotes Andalouses pour éviter des tirs de canons côtier espagnol.
La nuit tomba sur la Mer Méditerranée,après avoir répartit les hommes de Jéricho pour la nuit,il envoya sa vigie de nuit et il prit sa carte marine tout en discutant avec le pilote.

Kévin avait accepter que le Timonier de Jéricho tienne la barre toute l'après midi,les marins de Jéricho travailler avec bon coeur pour Kévin,le voyage est encore long .  
« Dernière édition: 26 Mars 2009 à 20:45:43 par scar »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #4 le: 30 Mars 2009 à 19:16:17 »

   Durant les deux derniers jour, le vent avait forcit et la mer s'était agitée. Aussi, les marins du Black Shark purent montrer leur valeur aux autres. Jéricho passait du temsp avec Kévin, lui donnait de précieux conseil tout en lui racontant quelques anectoctes, notemment sa première prise, la Bataille du Cap Bévezier en 1690, ou encore celle la bataille de la Hougue en 1692 sans oublier la grande victoire de la Baie de Bantry en 1689. Mais il raconta également ses actes de pirateries et comment il perdit son oriculaire gauche, et le terrible comba qui lui fit perdre un oeil, tandis que son ami Alexandre se faisait tué �  terre.

   Pendant ce temps Kimi se voyait de plus en plus avec le jeune mousse, ce qui étonna certain. Kimi, seul �  connaitre la vérité sur ceux mousse, s'était arranger pour dans le même quart.

   En fait, la vie sur le navire de Kévin n'était pas si différente que celle sur le Black Shark, �  la seul différence de la taille, du nombre d'homme, de la minorité de marins de Jéricho, mais surtout, les hommes de Jéricho avaient le coeur aussi lourd que leur chef, leur vaillante et glorieuse frégate leur manquant terriblement.


   
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #5 le: 04 Avril 2009 à 12:00:03 »

   Vers le milieu de l'après-midi, le temps était sombre et pluvieux. La plupart des hommes hors-quart était abrité dans les ponts inférieurs.
   Achille était monté sur le tillac afin de mâcher une chique tranquillement, s'étant abrité sous le pas de la porte du gaillard arrière. Le second du Black Shark avait les manches de sa chemises rabaissé et son gilet noir fermé, tandis que la pluie dégoulinait de son grand et usé chapeau noir.
   Il chaca soudainement sa chique et entra dans le gaillard arrière. L� , il retira son chapeau et frotta ses long cheveux brun humide. Il tenta de les sécher du mieux possible avant de remettre sa coiffe. Puis il fit en sorte d'être plus présentable, en remettant bien son gilet et son pantalon. Cela fait, il frappa �  la porte de la cabine du capitaine.


- Entrez.

   Achille poussa la porte et salua en mettant simplement sa main sur le front. Puis, tandis que Kévin, qui était a son bureau, se tourna vers lui pour l'écouter, il commença.

- Bonjour monsieur, désolé de vous déranger, masi je voudrai vous demander quelque chose. Dans deux jours nous serons le 17 mai, et notre capitaine, Jéricho Balstad, fêtera alors ses 35 ans. Afin de pouvoir fêter l'évènement sans que cela ne dérrange vos hommes, nous avons pensé organisé une petite faîte entre-nous, histoire de faire comme on fait d'habitude et de remonter le moral de Jéricho. Seriez-vous d'accord pour nous laisser un endroit calme pour une soirée et pour que notre coq puisse utiliser vos cuisines ?

- C'est d'accord mais essayez d'être le plus discret pour pas que mes hommes se sentent mis a l'écart et pour pas qu'ils soient "jalous". Prenez un peu de notre rhum si vous voulez.

- Ne vous inquiétez pas, on restera discret. Sur notre navire, l'alcool est autorisé masi il est interdit d'être saoul. En fait, chaque homme recoit une bouteille par semaine, mais lors que certaine occasion, le capitaine autorisait l'ouverture de tonneaux de rhum et alors l� , je vosu raconte pas le nombre de bourré qu'on devait ramassé. Sur ceux, merci beaucoup monsieur.

   Achille salua et quitta le bureau pour annoncer la nouvelle aux autres.  
Journalisée
kevin26703
Messages: 7488

Modérateur Global
*****
vieux loup de mer
Ancien Modérateur Global


Karma: 235
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #6 le: 05 Avril 2009 à 11:40:38 »

La pluie tomba de plus en plus fort,le navire tanguer.Achille sortit des Quartiers du Capitaine et il retourna auprès de Jéricho.

- " Ferlez toute les voiles sauf la grand'voile !" ordonna le bosco.

Kévin rejoigna le timmonier et lui demanda:

- Modifié notre cap de 10° a tribord.

- Bien capitaine.

Kévin decenda au pont inférieur et alla voir Jéricho afin de lui demander certain details de sa vie de pirate .
Il s'avança Jéricho le vit ,Kévin lui demanda:


- Il y a beaucoup de pirate a Jérusalem ?

- L'Empire Ottoman regroupe de nombreux flibustier, c'est principalement un pays de pirates, en particulier les redoutable pirates barbaresques qui pille Espagnol, Français, Vénicien et Gênois.

- Vous comptez restez longtemps là bas ? demanda Kévin,il s'arreta prit un peu de rhum et reprit:

-Vous aurez besoin de nous quand nous serons arriver a Jérusalem ?

- Non, je ne pense pas. Une fois débarqué au port de Gaza, nous marcherons vers Jérusalem, il n'y a pas de port �  Jérusalem.

-Ah bon? Je ne connais pas cet endroit parfaitement.Puisque nous ne vous serions d'aucune utilité nous ferons voile après notre arrivée a Gaza vers Casablanca puis nous irons dans les Caraibes.Il but un coup de rhum et il reprit aussitot:

- Vous comptez restez la bas longtemps ? Les Caraibes manque de pirate d'exeption mais pas de pirates tout court.

- J'y resterai le moins longtemps possible. Non seulement mon navire me manque, mais les Caraïbes aussi. J'espère que Charles réussira.

-Je te comprend mais moi si ça m'arriverai j'aurai recuperer mon navire par les armes et les canons. Mais je vous attendrai dans les Caraibes.

- Je ne le ferai pas pour deux raison. D'une part parce que si je fais ça, je perd un allier de longue date et je me retrouve pourchasser par l'Angleterre, la Hollande, l'Espagne et la France, autrement dire tout le monde. De plus, ma fieule �  été emmener dans un couvent près de Paris. Si j'attaque la France, je la perd et je ne tiens pas ma promesse envers son défun père, l'ancien capitaine du Black Shark, et mon ami depuis 35 ans.

- C'est une bonne raison. Etant moi aussi rechercher par l'Angleterre après avoir couler une frégate et une corvette avec a son bord l'un des fils du gouverneur de Barbade .
Hé quoi je ne pouver pas savoir qu'il y été a bord de cette corvette .
-

-C'est vrai que c'est pas de chance, mais ta frégate et ta corvette, �  côte de tous ce qu'on a pillé en 20 ans, c'est vraiment rien.

-On a pas piller que ça. La flotte de l'or de San Juan de Puerto Rico on l'a piller alors quel était en train d'appareiller.On a prit tout l'or et tou les esclaves et on est parti sans que aucune alerte soit donner et personne ne nous a découvert.Après il y a eu le bombardement de Charlestown, on a faillit se faire capturés mais on avait fait trop de dégat pour se faire pourchasser on a put s'enfuir tranquillement.

- Notre première prises fut un brick espagnols. Mais depuis, en 1689, nous avons combattus la flotte anglaise dans la Baie de Bantry, une grande victoire de la Flotte française. La même année nous avons fait le Cap Bévezier. En 1692, nous avons réussis �  nous sortir indem de la terrible Batailles de la Hougue, en 1697 nous avons participé au blocus maritime lors du siège de Barcelone. Après la guerre, nous avons monté avec des amis une formidable alliances pirates. Ensemble, nous avons fait chuter Maracaïbo, le point de ralimenr des galions espagnols, ceux en 1699. En 1700, nous pillons Panama et Caracas, sans compter le nombre important de navire pillé. En début 1701, nous avons attaqué une île de négrier. C'est sur cette île que mon amis �  été tué. Selon sa volonté, je suis devenu Capitaine et je pris son ma protection Sabrina, sa fille. Et puis la guerre fut déclaré. Nous avons fait la guerre de course dans les Caraïbes, avant être affecté a Dunkerque, il y a deux moi. La suite, vous la connaissez.  
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #7 le: 05 Avril 2009 à 11:56:48 »

   Grâce �  Achille et aux autre officiers, les hommes du Black Shark furent rapidement tous au courant de ce qui se préparait. Tous sauf Jéricho lui-même.
   Quand Kimi appris la nouvelle, il pensa a profiter de l'ccasion pour tenter d'intégrer Sarah dans l'équipage. Mais avant cel� , il voulait en parler avec elle.
   Lorsque la cloche sonna pour annoncer la fin de son quart, il descendis se mit �  la chercher. Quanf il l'eu trouvé, près du cabestan, il l'interpella.


- Hé ! Petit, viens voir.

   Quand elle le reconnu, elle s'approcha de lui. Kimi lui chuchota alors.

- J'ai �  te parler, c'est important. Descendons dans les cale pour ne pas être dérangé.

   Les deux jeunes gens descendirent dans la cale. L� , il n'y avait personne. Ils s'assirent dans un endroit écarté et commencèrent leur discutions.

- Tu te souviens de le proposition que je t'avais faîtes ? lui demanda Kimi.

   Shara était étonnée, elle regarda l'escalier d'où provenait les bruits de quelque hommes s'occupant de nettoyer l'entrepont.

- Oui murmura t-elle. Et alors ?
- Si tu veux débarquer avec nous en Orient, il faudra que tu appartiennes �  notre équipage, mais pour ça il faut que je demande �  mon capitaine. Après-demain, c'est son anniversaire, je voudrai profiter de l'occasion pour lui demander, discrètement.
- Mais c'est trop dangereux ! ne le fais pas. dit elle en s'approchant brusquement de Kimi, qui l'observa de ses yeux clairs. Les deux jeunes personnes se regardèrent, elle avait ce regard un peu apeuré mais confiant en Kimi et lui tendre envers Shara.
- Je peux vous rejoindre en désertant ce navire, je l'ai déj�  fait pour l'ancien...
- Je sais que tu arriveras �  déserter ce navire, mais tu n'arriveras pas �  infiltrer notre équipage. On n'est qu'une cinquantaine ici, chaque marin est connu de son officiers de quart et du capitaine, si tu fait ça, tu risques de te faire envoyer chier. Fais moi confiance, les seul qui seront au courant serons le capitaine et le quartier-maître qui gèrent les effectifs. Ce sont des hommes de confiance, je te le jure. Fais moi confiance personne d'autre ne sera au courant.

   Elle resta un moment silencieuse, il avait raison, elle ne pouvait pas rentrer dans l'équipage. Elle leva la tête et regarda Kimi.

- J'ai confiance en toi...

   Dit elle enfin après un silence, où l'on put entendre le grincement des planches du bordage du franc bord, écrasait par la pression de l'eau mais tenant bon. Elle tremblait malgré tout de peur mais il fit passer cela pour le froid de la cale devenu humide et se remplissant, sans dangers, de l'eau de pluie, dont il faudrait la pomper après. Kimi repris :

- D'accord. Je leur en parlerai et tu n'aura qu'a déserté ce navire quand nous serons a terre. On s'occupera de ça plus tard. Ne t'enfait pas, ton secret sera bien gardé. Ca fait plus de 10 ans que je navigue sur le Black Shark, j'ai confiance en son capitaine.
- Bien. J'espère que tous ce passera bien.
- Ca se passera bien, ne t'en fais pas.

   Kimi se leva afin d'aller se reposer après son quart. Elle l'interpella une dernière fois.

- Kimi, merci pourtout.

   Kimi lui sourit en répondant de la tête, avant de remonter dans l'entrepont.  
Journalisée
kevin26703
Messages: 7488

Modérateur Global
*****
vieux loup de mer
Ancien Modérateur Global


Karma: 235
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #8 le: 17 Avril 2009 à 18:01:03 »

Le lendemain, le temps s'était dégagé. Personne ne savait se qu'il allait se passer �  propos de demain. Kévin trouva Jéricho et il lui demanda combien de temps il voulait rester a Gibraltar. Ce dernier lui répondit :

- A vrai dire aucun. Je ne prendrai pas le risque d'être attrapé par les Espagnols. Il nous recherche pour piraterie, et même avec ma lettre de marque qui en font des alliés, je préfère éviter d'aller les voir. A moins que vous n'ayez besoin d'y aller, moi je préférerai que l'on passe le détroit sans s'arrêter. Si vous voulez faire escale, je vous suggère Oran. C'est un port ottoman d'Afrique du Nord �  2 jours de Gibraltar environ. Si vous le désirer je vous l'indiquerai sur la carte.

- Oran vous dites ?Non je ne pense pas que nous ayons besoin de faire une escale,vous avez raison d'être prudent Jéricho.

- Après tout, faîtes ce qui vous semble le mieux, c'est vous le maître �  bord, juste après Dieu. Vous ne comptez pas nous accompagner jusqu'�  Jérusalem ?

- Non nous repartirons dans les Caraïbes mais avant nous devons passer près des cotes africaines.Vous avez des amis a Jérusalem ?

- Oui, nous avons déj�  eu l'occasion d'aller �  Jérusalem. Nous y avons fait connaissance d'un riche négociant arabe, qui nous a d'ailleurs très bien apprécié.

- Tant mieux il pourra vous payez un navire pour voguez sur les flots.

- C'est justement mon intention. C'est un type qui a une petite dette envers nous, il acceptera volontiers.

-Les bon comptes font les bon amis. Je ne dois rien �  personne et moi ça me va.

- C'est vrai que ne pas avoir de dette est pratique, mais avoir des amis est déj�  plus efficace.

- Mouais pas faux, on peut toujours comptez sur eux, enfin en théories.

-Il y a ami et ami, mon cher. Un vrai ami ne vous abandonnera pas. Mais vous avez raison, dans notre métier, il vaut mieux faire attention �  qui l'on donne sa confiance.

- les trahison sont courantes dans le monde de la piraterie, il faut une confiance énorme envers son ami.

- C'est en fait ce que je voulais vous dire.

-Je retourne surveiller les manœuvres je vous laisse

   
« Dernière édition: 17 Avril 2009 à 18:15:33 par scar »
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #9 le: 19 Avril 2009 à 16:33:32 »

   Le lendemain, vers 20h, les hommes de Jéricho se réunir dans une des cales du Monstres des Mers, aménagé pour l'occasion. Quand Jéricho arriva conduit par Achille et Hayes, il ne su trop quoi dire. D'habitude, les anniversaires des officiers étaient juste l'occasion de faire la fête, mais l� , Jéricho ne pensait pas du tous que cela se ferai.
   Baptiste avait eu accès �  diver s produit et avait pu ainsi concocté plusieur plat, tandis que le rhum coulait �  flots. Cette soirée permis de faire passé aux hommes leur douleur. Durant la soirée, Kimi s'approcha de Jéricho.


- Capitaine, excusez-moi, puis-je vous parler ? demanda-t-il en saluant.
- Tiens, Kimi. Bah, oui, vas-y, je t'écoute.
- Je voudrai vous parler en privé.
- Bien, sortons un moment.

   Les deux hommes sortir de la cale pour s'isoler dans une autre.

- Alors Kimi, je te connais assez pour savoir que tu as un problème, alors qu'y a-t-il ?
- C'est à cause d'une fille.
- Une fille ? Je suis capitaine de navire corsaire en exil, je n'est aucune compétence dans ce domaine.
- C'est pas ça le problème.
- Alors c'est quoi ? commenca à s'énervé Jéricho.
- En fait j'ai rencontré une fille sur ce navire.

   Kimi expliqua �  son capitaine ce qu'il savait sur Sarah, avant de lui demander si elle pourrait débarqué avec eux au Proche-Orient.

- Je comprend qu'elle soit prudente. Entre la violence des hommes et la superstition sur les femmes, elle pourrait avoir de grâve ennui.
- Elle peut venir avec nous ?
- Si elle vient avec nous, ce sera en temps que membre de l'équipage du Black Shark.
- Alors recrutez-là. s'impassienta le jeune Suèdois.
- Kimi, du calme. Si on doit la recruter, se sera dans la plus grande discrétion. Je vais en parler avec Jack, en temps que quartier-maître, c'est lui le responsable des effectifs. Il aura sans doute besoin de sa signature, alors j'organiserai une rencontre.
- Faîte cela le plus vite possible s'il vous plaît, en cas de problème on pourra la défendre si elle apartiens �  notre équipage.
- Je vais parler avec jack, je te tiens au courant. Maintenant, va profité de ta soirée.

   Jéricho se leva et se dirigea vers la cale où avait lieu la fête. Kimi ne bougea pas et lanca :

- Capitaine ?
- Oui ?
- Merci. Je savais que je pouvais compter sur vous.

   Jéricho lui sourit avant de s'en retourner.  
Journalisée
Black
Messages:
Invité

« Répondre #10 le: 25 Avril 2009 à 19:34:56 »

   Le lendemain, Jéricho se leva plus tard que d'habitude, vers 9h du matin. Il enfila son manteau violet foncé en monta sur le pont, après s'être rapidement coiffé et avoir mit son tricorne noir aux insignes du Black Shark.
   Dehors, le temps était dégagé. Le ciel bleu avait chassé le mauvais temps qui durait depuis plusieurs jour. Une brise légère et agréable faisait avancer le Monstre des Mers. Jéricho se pencha par dessus le bastingage et estima la vitesse du navire �  9 noeuds, ce qui était très bien pour un tel navire. En levant la tête, il vit que le navire voguait grand largue tribord amurre.
   Jéricho se détacha finalement du navire pour se porter sur Kévin qui venait de sortir du gaillard arrière. Il le rattrapa rapidement.


- Kévin, j'aimerai vous parler.
- Allez y je vous écoute

- J'aimerai que vous fassiez escale �  Marseille. Je voudrai y déposer quelques hommes afin de prendre des nouvelles de ce qui se passe �  Brest. Je déposerai des hommes qui ne sont pas recherché par la France, quand �  moi je me cacherai.

- Est ce vraiment indispensable ?

- Disons que je voudrai savoir ce qui se passe �  mon sujet. Si ça se trouve, le complot a été démentelé et j'ai été réhabilité auprès de la Couronne et mon navire m'attend pour retourner en chasse.

- D'accord on fera une courte escale a Marseille juste le temps de vous renseignez on ne trainera pas trop en France surtout si vous avez des ennuis.
- C'est l'histoire de trente seconde. Juste le temps de les débarquer. Mais si vous voulez éviter la France, on peu aller �  Gêne, �  la place.
- Non ça ira allons à Marseille.
- Comme vous voulez.

   Jéricho remit son tricorne et se retourna pour prendre la porte.

- Merci beaucoups.   déclara-t-il.

Puis il s'en alla.  
Journalisée
kevin26703
Messages: 7488

Modérateur Global
*****
vieux loup de mer
Ancien Modérateur Global


Karma: 235
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #11 le: 27 Avril 2009 à 18:39:52 »

Le lendemain Kévin se leva plus tard que d'habitude,on se rapprochait de plus en plus de Gibraltar,la vitesse du navire était de 8 noeuds une bonne vitesse tous les marins étaient sur le pont,il  était 10 heures du matin on voyait la cote c'était le signe de leur arrivée a Gibraltar.Kévin prit sa longue vue

- On dirai que l'on est biento arrivé a Gibraltar me semble t'il

- On dirai oui que va t'il se passé maintenant? demanda Twigerfield.

- On verra l'avenir ne nous le dira


Le navirese dirigea vers Gibraltar au fil des heures les cotes furent plus visible.le navire avait toujours la même allure Twigerfield craignez leur arrivée a Gibraltar alors que Jéricho et Kévin semblez confiant.15 minutes plus tard "Le Monstre des Mers " arriva a Gibraltar

   
Journalisée
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #12 le: 01 Mai 2009 à 15:41:22 »

Shara regarda la côte soulagée, hormis le jeune Kimi elle n'avait été remarquée par personne.

- Hé le mousse va nettoyer le pont! brique le! au lieu de rien faire! Pas comme ca qu'tu vas devenir un bon marin pour sûr! grogna son matelot. Elle détacha son regard des terres et prit de quoi nettoyer le pont, un seau d'eau de mer et un balai pour nettoyer le tillac.

- Faut tenir jusqu'à Marseille. se dit elle, elle ne connaissait rien de cette ville ni du royaume de France. La chaleur d'un ciel d'azur et les vents chauds des caraïbes lui manquaient. Mais l�  bas elle n'y avait rien trouvé, aucune chaleur ni réelle amitié. Hormis quelques inconnus, Kimi lui était diffèrent plus compréhensif et moins violent que les autres marins.

Tout ceux qu'elle avait connu n'était que des barriques imbibées, des cogneurs et des soulards venus pour vider leur deux bourses avec elle.

Le navire allait vite, il s'écrasait lourdement dans chaque creux avant de se relever pour monter la vague.


- C'est un bon coureur ce navire! dit un des hommes de Jéricho.
- Pour sûr que oui! les vents saints le poussent répondit un des habitués du navire fier que ce dernier impressionne un inconnu.  
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt Ã�  dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Black
Messages:
Invité

« Répondre #13 le: 01 Mai 2009 à 19:19:14 »

   Rapidemant, Jéricho enfila d'autre vêtement ; un maillot blanc et un vieux pantalon marron, ainsi qu'un chiffon rouge sur la tête. Il descendit dans l'entrepont pour éviter de ce faire remarquer depuis l'extérieur. Kévin était monté sur la dunette et supervisait la manœuvre pour le passage du détroit.

   Kévin fit ralentir le Monstre des Mers. Malgré la guerre, le trafic restait important. Les navires neutres en provenance de Gêne ou Venise devait passer par l�  pour aller commercer. Il y avait également plusieurs vaisseaux de guerre anglais. Un gros vaisseau de ligne de 1er rang était ancré au milieu du passage, tandis qu'une frégate et que deux corvette cerclaient autour. Depuis 1704, Gibraltar n'était plus espagnol. Les anglais étaient parvenu �  prendre possession du détroit.

   Le Monstre des Mers entra dans le détroit en doublant Tarifa, une ville côtière espagnol. Le vaisseau pirate s'avança dans le détroit. C'est alors qu'une des corvette vira et fonça droit sur le Monstre des Mers. Arrivé �  250 yard environ, une voix s'éleva, en anglais.


- Stop ! I am the Imperor ! We will inspectervous ! Stop !

   Un officiers s'adressa à Kévin :

- Vos ordres monsieur ?  
« Dernière édition: 03 Mai 2009 à 16:39:37 par Black »
Journalisée
kevin26703
Messages: 7488

Modérateur Global
*****
vieux loup de mer
Ancien Modérateur Global


Karma: 235
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #14 le: 01 Juin 2009 à 21:01:29 »

Kévin s'approcha du bastinguage et il cria en anglais qu'il était un honnette marchand. L'anglais lui demanda un preuve :

- Non mais vous vous moquer de nous ou quoi ? Vous n'avez hissé aucun pavillon ! Mettez en panne c'est un ordre, nous allons monté �  votre bord !
- Si vous avez envie de perdre votre temps allez y.

   Devant le toupet de Kévin, l'anglais semblait plus énervé. Les deux navires mirent en panne et le capitaine anglais monta sur le Monstre des Mers, suivit d'une vingtaine d'hommes.
   Kévin s'avança vers le capitaine britannique. Celui-ci lui demanda :

- Alors comme ça vous êtes marchand ? Montrez moi vos lettre de mer s'il vous plait. Quand �  vous autre vérifier la cargaison.

   Une dizaine d'hommes descendis dans la cale.

- Mes lettres de mer pour quoi faire ? Rien d'illégal dans ma cargaison mais peut être que dans le navire qui vient de passer il y aurai des armes...ne perdez pas votre temps avec nous.

- Ne vous inquiétez pas pour ça, on a bien assez de navire. Si je vous demande vos lettre de mer c'est pour vérifier si vous êtes bien un marchand et non un contrebandier �  la solde des Français ou des Espagnols. Quand a votre cargaison si elle n'est pas illégal, pourquoi tans d'exitation ? Vos lettre de mer, capitaine.

Kévin refléchissa et il pensa aux lettres volé aux anglais lors d'un passage a Barbade.Il demanda au soldats la permission,accordé d'aller les cherchée,il fouilla sa cabine et il trouva par chance des lettres de mers qui sont pretes a être utilisé.

-Les voila monsieur. dit Kévin en montrant les lettres.

   L'officier examina les lettre, paressant peu convaincu. Il répondit :

- Mouais, mais il y a...

   Il n'eu pas le temps d'ajouter quoi que ce soit qu'un de ses hommes lui chuchota quelque chose.

- Quoi ? On va s'en occuper. Vous pouvez y aller.

   Rapidement, les anglais retournèrent sur leur navire et s'éloignèrent en hâte  
Journalisée
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

forum pirates rpg Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006, Simple Machines
** Respectez la charte **
Page générée en 0.161 secondes avec 22 requêtes.