21 Janvier 2022 à 13:29:36 Cacher ou afficher l'entête.
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Réorganisation de la carte
recherche forum pirate  
Accueil jeu :: Accueil Forum :: Aide :: Rechercher :: Identifiez-vous :: Inscrivez-vous
Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: L'île du Clan de Sher  (Lu 9670 fois)
Samuel
Messages:
Invité

« le: 27 Novembre 2011 à 15:13:17 »

   L'île de Sher n'est pas colonisé.
Elle n'a connue depuis longtemps la guerre, l'épidémie, ou la famine.
Son clan d'aborigènes, habitant cette ile, est une des plus grandes tribus des autochtones de l'Amérique.
Après avoir fuit son clan, Sher arpente le jour la forêt de "son" île, construisant une cabane entre deux arbres où il range ses remèdes et ses vivres.

Puis, le soir venu, il scrute l'horizon de la mer avec un regard curieux rempli de rêves.
Se lançant dans sa pensée, il s'endormit, le feu et le vent le berçant dans un monde où le 'tragique' n'existe.

Le lendemain, bronzant au soleil, Sher réfléchit.
Qu'allait il faire de sa vie ?
Son rêve était de savoir lire et écrire, mais arriverait il en restant sur cette île.
Son père, sorcier, lui apprit que le monde était immense.
Que par dessus les mers se trouvait des continents où se trouve d'autres hommes.
Son père lui appris aussi, que dans ce monde, le plus grand trésors est le savoir.
Et pour savoir, il faut avoir la capacité de lire, et d'écrire.
Son clan n'avait pas la notion de l'écriture. Ils s'exprimaient juste avec des signes et dessins.
Seul le sorcier connaissait l'existence de l'écriture. Mais ne savait pas l'utiliser.

L'ile du clan de Sher est une simple île, ayant connu des navigateurs mais qui ont trouvé que cette ile était inintéressante .

Elle n'avait même pas de nom.

L'île est parsemée d'arbres immenses dépourvues de plaines ou de montagnes.
Les habitants se trouvent juste au dessus d'un marais, où ne se trouvent aucune maladies, mais seulement que quelques minuscules insectes.
La tribuvait un chef, Chewbaca et son sorcier, Yat Owk'.
Les femmes s'occupaient du feu et des enfants,
tandis que les hommes, eux, chassaient et cueillais les fruits des arbres.
Seul le Sorcier restait avec les femmes dans les habitations. Il priait ses dieux, fit des incantations chamanistes et soignait.

Quant à Sher, il s'éloigna le plus loin de son clan, essayant de ne pas laisser de traces,
car Sher est traqué.
Sher n'a pas vraiment envie de rejoindre son clan.
Si son clan le pardonnerais, il essayera quand même de s'exiler de son île.

Sur ce qu'il médite, c'est comment il franchira la mer en face de lui.

Le soleil se couche, la lune se leve haut dans le ciel.
Agenouillés au pied de sa cabane, Sher s'endort.
Un sommeil remplie de rêves de bonheur.
« Dernière édition: 28 Novembre 2011 à 13:17:48 par Samuel »
Journalisée
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #1 le: 28 Novembre 2011 à 18:05:51 »

- Allez tirez!!! Mais tirez! Bande de faible! tirez Hurla Arnold, les deux pieds dans l'eau poussant vers la plage alors que le reste de la bande tirait sur les cordages pour échouer l'embarcation sur le sable.

Cette derrière n'était qu'un simple navire de pêche d'une dizaine de mètre, plus petit qu'un chasse marée mais qui comme eux avait la chance d'avoir un fond relativement plat.
Les vagues aidant le navire se drossa presque sur la plage, six des marins se précipitèrent pour coller sous la bordée où le navire penché des accores pour alléger la structure du poids du navire.


- c'est pas chose facile!
- Par le diable, c'était moins une! Vous méritez tous un houra! hurla thomas à sa manière de grogner.

Les neuf hommes poussèrent un hourra collectif avant de se taire.

- Et si cette île était hostile? murmura Franck, attrapant son chapeau posé sur le haut de l'étrave. Mieux vaut se taire.

- On va établir un camps sur la plage, prêt du navire pour qu'il nous sert de protection, dessous on y mettra ce qui doit rester à l'ombre. ordonna Vincent.
- c'est même préférable de creuser dessous, le sable est plus frai sous. Précisa Thibaut.

Le groupe s'organisa, Franck et Vincent partaient explorer l'île voir s'il n'y avait pas des bêtes à tuer, alors que william aidé de thibaut examinait la voix d'eau dans le navire. Elle qui les avait forcé à s'échouer sur l'île. Arnold s'attaqua avec sa hache à un arbre mort qui pendait lamentablement pour en faire du bois pour le feu, tandis que le reste retirait le peu des cales, Thomas vint très vite à l'aide du colosse.

Vincent et Franck observait l'île, à leur atterrissage ils avaient pu constater qu'elle était assez large mais qu'il n'y avait presque aucune hauteur, juste des petites collines.  Il leur faudrait grimper à un de ses immenses arbres pour tenter d'avoir une vie d'ensemble des lieux.

attrapant deux des trois fusils qu'ils avaient il s'enfoncèrent dans la jungle, des bottes de cuir épaisse pour les protéger des ronces, lianes qui jonchaient par moment le sol assez humide.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Samuel
Messages:
Invité

« Répondre #2 le: 28 Novembre 2011 à 19:34:24 »

Sher n'était pas loin de là quand se passa le débarquement.
Il grimpa à un arbre, agrippant à une branche, et observe les hommes d'un œil interrogateur.
Il comprit leur langue. C'est du français. Sa mère, d'origine française, lui apprit sa langue natal.
Sher savait que c’était des hommes de l'horizon. L'aborigène fut surpris de la rudeur des hommes. Ils les avaient imaginés plus sage, plus apaisant.
 
Ce qui l’émerveilla le plus, fut le navire. Grand, majestueux pour lui, mais sûrement misérable pour ces hommes, il observa de la proue au pavillon.
Une genre de branche se tenait au dessus de navire, avec du tissus, comme un drapeau sur un bout de bois.
Quand les hommes s’enfoncèrent dans la jungles, il décide de le suivre discrètement, non pas avec crainte, mais plutôt pour avoir plus d'informations sur eux, et de savoir qu'était leurs bouts de bois qu'ils tenaient sur leurs épaules où dans leurs bras.

 D'un coup d’œil, Sher remarqua qu'ils se dirigeaient vers le marais.
Se déplaçant d'arbres en arbres, de lianes en lianes, il faillit se ramasser et de se faire repérer.
Il resta attentif au mouvement aléatoire du groupe.

Surtout, le jeune indigène se demandait qu'est ce qu'ils faisaient sur cette île.

(hrp : il ne va pas faire ça ;
Tarzan Oooooooh !!!
bientot promis ^^ )
« Dernière édition: 29 Novembre 2011 à 17:26:50 par Samuel »
Journalisée
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #3 le: 28 Novembre 2011 à 21:50:02 »

Lentement alors que le soleil allait bien disparaitre privant les hommes de sa lumière William retira le morceau de voile qui cachait la voie d'eau comme un bandage sur une blessure. Plusieurs bordées fendues mais par chance elles se trouvaient au dessus de la ligne de flottaison: l'étoupe serait délicat à faire puisqu'il n'avait pas les moyens à bord de le faire.

Thibaut examina la chose avec lui et ils en discutèrent, pendant se temps sur le sable entourés de deux sacs et des tonnelets la Torche s'éfforcait à donner vie à un feu, chose aisée pour lui, avec le bois qu'on lui apportait, tandis que Thomas retirait l’écorce des morceaux du tronc que le colosse apportait.

Le plus jeune du groupe s'était écarté, cherchant à la lisière de la végétation des quelconques fruits qu'il connaissait.

Pendant ce temps dans une pénombre qui s’installait à grande vitesse, projetant des ombres difformes des plantes autour d'eux Vincent et Franck continuaient leur marche.


- Tu penses qu'elle est peuplée?
- Peu probable Vincent. Elle est assez petite! Mais pas loin d'un Cayes. Les indiens ont pu surement y passer plusieurs fois.
- tu dois avoir raison il est possible de rejoindre facilement les îles sous le vent d'ici, d'après notre carte y a même une terre tout les jours. Encore faut il qu'elle soit exacte! Foutu scribouillard d'enfant d'mulet! Ils y connaissent rien mais faut leur faire confiance. 
- on s'enfonce trop cap'taine... L'obscurité se faisait légèrement oppressante, alors que le bruit des oiseaux autour d'eux s'était tu.
- Pas étonnant que les indiens ne restent pas sur cette île! Regarde moi ça! Bordel le sol est boueux! Grogna Vincent levant ses pieds, les bottes couvertes de boue enfoncé dans cinq ou six centimètres d'une vase verdâtre. Allez on se casse! ordonna t il accompagné d'un signe de main.

il laissa son ami quelque secondes seuls, ce dernier cracha sur le sol et se retourna, désarmant le chien de son fusil.
Les arbres étaient grand et de longues lianes pendaient, mais le sol était assez régulier, hormis parfois de grandes racines qui coupaient la route et forçaient à les escalader, progresser même dans le noir était possible, les arbres étaient assez espacé et leur feuillage moins dense que dans certaine régions la couleur pourpre du ciel était visible.

Ils retournèrent au campement.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Samuel
Messages:
Invité

« Répondre #4 le: 29 Novembre 2011 à 22:44:42 »


Sher remarqua que les explorateurs retournèrent au navire,
et Sher fut désespérés, lui qui voulait partir en exile grâce au étrangers, mais sa seule chance de partir pourrait être
Alors, il retourna dans sa cabane, excité de son départ, prit le minimum de vivres, de remèdes et d'équipements pour courir vers la rive où se trouvaient maintenant les nouveaux arrivants.
Se cachant derrière une végétation garnies, L'aborigène observe de nouveau les neufs hommes avant de s'avança devant eux, avec un large sourire et des fruits exotiques à la main, signe de bienvenue dans son clan.

"Bonjour, explorateurs ! Dit il en français, bienvenue sur mon île !"
Journalisée
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #5 le: 29 Novembre 2011 à 23:16:09 »

Les flammes s'élevaient d'environ un pied de haut, encore vive grâce aux feuilles de palmiers et aux écorces.
Le ciel devenu noir et mauve était parsemé d'étoile et bas sur l'horizon une demi-lune projetait quelque reflets d'argent sur la mer.

Le feu offrant une chaleur et une lueur orangée était au centre du groupe. il faisait trop noir pour travailler sur le navire.

Prêt du navire un baton était planté avec une toile disposé comme une tente et la seule lampe du navire accroché au bout, une voile était disposé de manière à offrir un abris sur le navire et une autre à terre. Cette nuit sera probablement la plus confortable qu'ils auront eu depuis une semaine, plus d'espace, un sol moins dur et un environnement plus calme.

Le groupe mangeait tranquillement des morceaux de viande qu'ils cuisaient sur un tas de cendre à côté du feu. 


- J'ai trouvé de la condensation sur un rochers, là bas. indiqua le jeunot. il doit y avoir une source d'eau!
- Pour sûr l'endroit est marécageux ca sera facile de s'en faire! Rajouta Vincent attrapant avec sa lame un morceau de viande. Et pour le navire?
- Les dégats sont conséquents! Il va nous falloir tailler les bordés, on a assez de clous et quelques planches, mais pour l'étoupe... le dialogue de William fut interrompu par des bruits de pas.

Plusieurs se retournèrent dont La torche, pointant son poingard.

- Hummmmmommomm.
- il veut dire qui vient là! seconda Thomas, l'homme au menton carré au large sourire mi moqueur-mi amical, légèrement édenté et noir, un nez cassé posant la main sur son sabre.

Thibaut se redressa et posa sa tasse en fer sur le tonneau qui lui servait de dossier, dessus était posé un pistolet, pas chargé.

Ils observèrent dans la pénombre un petit homme qui semblait être peu vêtu, pied nues comme ils l'étaient dans l'instant.
Il s'exprima en français dans un accent qu'aucun ne connaissait. Ils se regardèrent. Jean prit la parole.


- C'est une blague? Son île? haha
- Archtung! Ein étranger! un piège.
- J'pense pas, By Devil himself... fit william.
- Qui es tu? De quelle tribut es tu? Demanda Vincent, se dirigeant vers l'indien, suivit de Jean et Thimothé, un homme à la peau noir peut être le premier que l'indien voyait, même si dans cette obscurité il n'avait peut être pas remarqué ce détail.
Devant lui trois hommes aux vêtement diffèrent, un plutot fin avec un pantalon s'arrêtant sous les genoux, un gilet sans manche et une cote sali et déchiré dessous; un autre avec un large pantalon, un bandeau sur le crâne et un autre sur le long du bras droit et le troisième mieux vêtu quoi qu'en loque, portant un pantalon aux bas déchirés, une ceinture de cuir avec une boucle en métal, une veste à manche.
Ils examinèrent l'indien, restant à distance. Jean s'en approcha, plutôt calme, tournant autour de lui.


- il a l'air aussi inoffensif que Oncle Berry quand la vieille tant Berry avait bu!
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Samuel
Messages:
Invité

« Répondre #6 le: 01 Décembre 2011 à 17:38:19 »

Sher tremblais de peur et ses jambes flageollait ne voulant pas rester sur cette île, il bredouilla quelques mots en français :

-Je m'appelle Sher Owk'. Pas de clan monsieur.
Sher peut demander question ?, repondit il à l'homme l'ayant questionné avec une voie discrete et crainte.
« Dernière édition: 01 Décembre 2011 à 18:43:14 par Samuel »
Journalisée
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #7 le: 01 Décembre 2011 à 21:17:45 »

Une question? Vincent restait assez prudent, même s'il l'était moins que son ami germain, qui scrutait les bois cherchant à un voir quelque mouvement, car si l'indien devant eux était inoffensif ses paires pouvaient se cacher prêt à les transpercer de leur dard ou lance.
- Vas y j't'écoute.
-Pourquoi êtes vous sur île ?
- On t'en pose des questions?...
- Du calme! Hanz. Coupa sèchement Vincent. tu me sembles bien sûr de toi dans tes propres  mais tu trembles comme une fillette craignant sa défloraison!
- Pire que ça! comme Grassouillet perruqué qui nous verrait venir sabre à la main... Haha les deux images firent rire les pirates. dit Thimothé en élevant la voix
- Sher on aurait pas abusé de ton île si on en avait pas besoin. répondit Vincent
- Je comprends pas. Sher s'excuse.
Je soigne et faire cuisine. Sher veut partir avec vous.
Je veux apprendre à lire et écrire. C'est rêve de Sher
- Lire et écrire? Ca sonne un peu comme une perte de temps! s'exclama Jean toujours tournant comme un coq en basse cour. Je ne sais ni l'un ni l'autre et je me porte très bien!
- Parfois on s'dit qu'il te manque un truc quand même. grogna sans articuler William.
- Tu veux prendre la mer? Avec  nous? c'est cela qui avait attiré l'attention de l'allemand.
- Viens avec nous! On va discuter autours du feu. invita calmement Vincent en montrant le feu où leur compagnons les attendaient.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Samuel
Messages:
Invité

« Répondre #8 le: 28 Décembre 2011 à 10:31:28 »

Sher accepta l'invitation, se dirigeant vers les aventuriers assis au coin du feu de camp, lancant des regards inquiet vers l'homme charismatique.

Vincent regarda l'indien, petit par rapport aux membres du groupe qui le dévisagèrent avec silence. Au centre le feu crépitait, seul source de bruit pendant quelques secondes avant que Thomas ne le rompt.

- Alors qu'est ce qu'il a celui la?
- Il veut partir avec nous. Répondit son vieil ami sur un ton neutre en se servant de la viande, dont il offrit un morceau à Sher.
- Il connait l'île. répondit William. Ca peut nous être utile.

Le jeune aborigene refusa le bout de viande, et s'expliqua ;
-mange pas chair.
Je mange fruit. Tenez.

Sher sortit de sa besace un fruit exotique rond et orange, et l'offrit à l'homme se trouvant à sa droite, avec un large sourire.

A cette déclaration tous se mirent à rire, pensant que c'était une blague et ne pouvant pas comprendre qu'on ne puisse pas aimer la viande saignante produit de la chasse mais quand l'indien sortit un fruit, Thibault et Hanz arrêtèrent de rire comprenant le sérieux de l'indien. L'homme à sa droite, c'est à dire Arnold attrapa dans sa large main le fruit l'englobant presque dans sa paume puis jetant un regard apeuré à ses amis cherchant dans leur actes ce qu'il devait faire, il trouva dans les yeux calmes de Hanz assez de courage pour croquer le fruit. De sa chair du jus dégoulina le long des lèvres et c'est assez surpris qu'il apprécia l'aliment offert.

- Dis moi sher! c'est ça? tu veux décoller de ce maudit caillou. On doit réparer le navire, y a t il une matière visqueuse, comme du goudron. William se douterait bien que sher ne saurait pas ce que cela été.
- Tu sais faire des cordes?  Coupa Jean regardant assez curieux l'indien.
-Je sais nouer lianes. Et pêcher.
- Hum. Il peut nous être utile. Grogna à sa manière Thomas.
- Il ne sera pas inutile en tout cas! S'exclama Franck après avoir maché un gros morceau de viande. Je s'rais d'avis d'accepter sa requête! Et au bon diable si j'me trompe!
- humhuhmhum gnouhumhum fit La Torche.
- Ma foi machoire cassée a raison! Il connait l'île et ses ressources!
- Si tu veux partager le feu avec nous, tu es la bienvenue dans l'équipe. Mais nous aurons sans doute plus besoin de toi que l'inverse actuellement. Fit thibaut.

Sher écoutait les explorateurs avec attention en hochant la tête, et un petit sourire malicieux rempli de curiosité se lisait sur son visage.
« Dernière édition: 28 Décembre 2011 à 10:41:27 par Samuel »
Journalisée
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #9 le: 29 Décembre 2011 à 00:09:38 »

Le groupe accueillit Sher parmi eux sans soucis. Mais il restait encore un sujet à aborder. Ce fut Vincent qui le fit.

- Dis moi? tu n'es pas arrivé seul sur cette île? Tu as des congénères? hum d'autre comme toi. Ajouta t il pour simplifier, n'étant pas sûr que l'indien puisse comprendre le mot.
- J'ai eu clan, mais ils ont banni moi. Mais ils sont gentils. Mais père méchant.
- A ouai y en a d'autre? et ils sont riches et...
- Gentils tu dis? Coupa William. Ils pourraient nous aider à remettre à l'eau notre navire.
- Que veut dire "riche" ? demande Sher à Arnold
Les pirates se regardèrent.
- Arnold que voici. Répondit le plus jeune en désignant le colosse. Veux savoir si ils ont de l'or, des perles, des objets fait en or... tu vois le genre de truc dont je parle?
- N... Non, bredouille Sher
- Laissez tomber les gars. Intervint Franck, adossé à un tonnelet, son chapeau sur le nez, calmement entrain de dormir, c'est ce qu'il semblerait pour un observateur à distance, il écoutait les bruits de la nature et notamment toujours à l'affut de signe d'indien, surtout qu'il venait d'apprendre qu'il y en avait.
- Bien dommage! hip! Fit Timothé cherchant à taton son gobelet.
- Il faut aller les rencontrer.
- Ja gut Idire! Mais être prudent!
- Comme toujours Hanz ta méfiance... toujours ta méfiance.
- Sauf ton respect Vinc' mais il a raison. Ils sont gentils d'après un gars qui ne sait rien à l'or. Ils ont pas du croiser beaucoup de gens comme nous. Dit Jean en se redressant.
Tous discutèrent un moment sans s'occuper de l'indien puis ils se tournèrent vers lui. Jean prit la parole
- Ecoute mon gars. tu peux nous conduire à eux demain?
- Non. Je peux pas. Sher s'excuse.
- Et pourquoi ça? Demanda Vincent, fronçant les sourcils, autant surpris que curieux.
- Ecoute mon gars on aura besoin  de leur aide. William s'apprêtait à continuer quand Vincent lui fit un signe de main bref de se taire. Seul le son des vagues allant mourir sur la plage de sable frai, le sifflement de quelques oiseaux exotiques et le crépitement du feu, c'était les seuls sons, les hommes étaient silencieux attendant la réponse de leur invité.
- Je, je peux vous montrer où ils sont, mais c'est tous. Ils ont banni Sher. Ils tuent sher si ils voient sher.
Vincent avait envie de demander pourquoi. Mais il craignait d'ennuyer l'indien et qu'il revienne sur sa décision, il ferma les yeux espérant que personne n'allait le demander.
- Tu risques rien c.h'ais pas pourquoi il te haïs. Mais on saura les faire taire! Par vrai les gars! Déclara Franck en levant son chapeau vers le ciel.
- Ouai ca c'est sûr! Répondit Arnold de son air abruti.
- ghoumhumhum répondit la Torche en levant les poings en l'air.
- Mais si tu veux pas les revoir c'est comme tu veux. S'empressa de rajouter thibaut qui venait de finir sa pipe.
- M.. m.. merci. répond le jeune aborigène, vous vous vous faire quoi sur île de Sher ?
- On répare, refait notre bateau... vincent l'observa. hum tu vois la sorte de maison, derrière. Il désigna le bateau sur ses accores, où était entreposé sous son flanc le matériel. Il va sur l'eau et on s'en sert pour voyager et aller au de là de l'horizon! Mais si on le répare pas il coule et nous avec!
- Pour ça ouaip qu'on a besoin de voir tes amis continua William avec un ton sadique. Ils peuvent nous faciliter la tache!
- Assez parler! déclara Hanz en se levant. je vais me reposer. Il fut suivit tout de suite de Thomas qui commençait à faiblir. Pensez à ramasser Timothé il dort sur place! Dit l'allemand avec son fort accent.

Il alla se réfugier sous la tente faite de la toile de la voile, William lui alla dormir sur le navire ainsi où Jean y était déjà. Arnold attrapa par le col son ami noir et l'aida à faire le chemin jusqu'à la tente en toile. Franck resta seul avec Thibaut alors que La Torche et Vincent étaient allés dormir sous la seule vrai tente.


- Ils sont comme deux frère! dit l'ancien noble et voyant les deux bretteurs retirer leur arme et s'apprêter à dormir. Le boucanier hocha de la tête.  Des frères d'armes! C'est vrai que De Haddock doit la vie à la Torche et par trois fois.
- et la Torche lui doit d'être encore en vie.

Les deux hommes éteignirent le feu, laissant invitant l'indien à dormir sous la grande tente alors que thibaut y allait et Franck s'intallait son "lit" avec William et Jean près du navire.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Samuel
Messages:
Invité

« Répondre #10 le: 29 Décembre 2011 à 11:40:17 »

Sher se dirige vers un arbre pas loin du camp, farfouillant dans son sac un couteau, puis il coupa quelques lianes fines et longues dont il fit avec un hamac.
Il s'étendit alors dans son lit, jetant un dernier coup d'oeil au camp, apercevant les faibles lumières sous la maison de tissus.
Il sortie de sa bandoulière sa tarentule apprivoisé, et la mit sur son épaule, on pouvait apercevoir dans les "yeux" de son araignée un regard innocent, comme celui d'un enfant.
Il accrocha son sac à une branche, faisant attention que aucun de ses remèdes tombe et s'explosent.
Le jeune aborigène s'endormit avec des sommeil remplie de rêves ; impatient de partir sur cette île ...

« Dernière édition: 29 Décembre 2011 à 13:17:30 par Samuel »
Journalisée
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #11 le: 31 Décembre 2011 à 11:19:52 »

Au petit réveil les pirates purent constater que l'indien était bien là. d'un coup d’œil discret mais avisé Franck ne vit aucune trace de pas autour du hamac de leur invité-hote. Il ne s'était pas levé dans la nuit, ni personne ne lui avait rendu visite.

Il doit nous avoir dit la vérité pensa t il.

Au petit matin, le ciel encore sombre d'un mauve virant à l'orange au niveau de l'horizon alors que vers l'Est le ciel était déjà bleu azur, le groupe se réunit pour partager quelque gâteaux sec de leur provisions ils invitèrent l'indien à les rejoindre. Quand ce fut fait, Thibaut entama la conversation.


- Ecoute William, il le désigna du doigt à besoin de toi, donc tu vas nous mener à ton village. On espère qu'on pourra y trouver ce qu'on cherche. Et ne proteste pas ni tente de nous perdre. Tu n'es pas obligé de venir dans le village avec nous.
- Ils nous faut de la graisse ou de l'huile minérale, dans les marais y en a peut être...
- J'aurais préféré du goudron mais on en trouvera pas là! déclara William.

Le repas fut court et rapide, très vite les hommes se dispersèrent, allant vaquer à leur occupation, Vincent, William, Franck et Thibaut attendaient l'indien, arme à la main, mais aussi avec un petit sac contenant leur derniers babioles en cas de marchandage.

La Torche et Thomas taillaient les planches pour avoir la taille voulue, tandis que Arnold en refaisait d'autre avec le tronc qu'il avait coupé la veille aidé par le plus jeune, les deux semblaient plus s'amuser que travailler.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
kevin26703
Messages: 7488

Modérateur Global
*****
vieux loup de mer
Ancien Modérateur Global


Karma: 235
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #12 le: 31 Décembre 2011 à 14:25:44 »

Pitelesharo, suite au naufrages du navire où il était embarqué se reveilla,seul, le reste de l'équipage demeuraient introuvable et aucune trace du navire.

Connaissant la nature, ses bienfaits et ses dangers, il décida de se lancer dans la forêt afin de trouver une tribu, des contrebandiers de l'aide, mais surtout de quoi vivre.
Journalisée
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #13 le: 31 Décembre 2011 à 15:38:17 »

Le groupe avait mal dormi. Ils avaient entendu des cris et du bruit dans la nuit, du bois et des appels lointains. De l'autre côté de l'île.

Un navire??? d'après le vacarme il avait du s'échouer. Il avait passé plusieurs heures à le chercher, perdant du temps dans l'épaisse forêt rempli de liane, mais la fatigue et l'absence de réussite les firent retourner à leur campement. Ils avaient du rêver, tous, la nuit avait été fraîche, la mer calme, pas de raison qu'un navire vienne s'échouer.

L'indien avait il lui aussi entendu les bruits? Si c'était vrai sa tribut en aura vite retrouver son origine et en trouvant la tribut ils trouveraient l'épave, si épave il y a.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Samuel
Messages:
Invité

« Répondre #14 le: 31 Décembre 2011 à 16:04:36 »

Dès que le soleil se leva à l'horizon, Sher avait senti une agitatatation pas trop loin du camp, il s'enfonça dans la forêt, arpentant les hauts arbres qui poussait là, et au moment où il sortit de la jungle Sher entendis des craquement de bois à une vingtaine de mètres, derrière lui.

Soit c'était un animal, soit un humain.

Le jeune aborigène avec tous ses sens aux aguets, se faufila parmi les énormes rochers, éparpillés sur la plage, il faillit glisser maintes fois, jusqu'au moment où il rencontra l'épave, dont il sentit le bois humide.
Il y avait des bouts de bois éparpillés également, mais personne n'était à bord.
Il comprit qu'il y a eu un désastre il n'y a pas longtemps.
Il décida de fouiller aux alentours pour trouver un corps, par exemple ...
« Dernière édition: 31 Décembre 2011 à 16:06:22 par Samuel »
Journalisée
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

forum pirates rpg Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006, Simple Machines
** Respectez la charte **
Page générée en 0.059 secondes avec 21 requêtes.