25 Septembre 2021 à 05:32:57 Cacher ou afficher l'entête.
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Réorganisation de la carte
recherche forum pirate  
Accueil jeu :: Accueil Forum :: Aide :: Rechercher :: Identifiez-vous :: Inscrivez-vous
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: réunion chez le gouverneur  (Lu 21350 fois)
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« le: 05 Avril 2009 à 19:34:52 »

Dès le matin les grandes places de la ville et les églises furent envahies de crieurs publics prévenant la population que le gouverneur attendait ce jour même les capitaines pirates enviant d'être pardonné  ainsi que les corsaires, ces derniers furent d'ailleurs prévenus dans leur navire.

On monta sur les navires les mieux armés ou armés pour la course, car ils étaient soupçonnés d'être pirate, même si ces derniers ne s'étaient pas manifestés.

Jean marchait pour aller à l'église, quand il entendit sur une petite place pavée et encombrée de gens, juste devant une église qui se dressait fièrement ainsi que sa croix vers le ciel.


- Tout capitaine hors la loi ou corsaire est prié de se rendre à la maison du gouverneur! Ce dernier vous accueillera dès maintenant.
Cette phrase aurait choqué partout, mais les flibustiers étaient la bienvenue dans ce port et les pirates, ceux qui s'attaquaient même à la France, étaient en ces heures tolérés.

- Faut que je préviennes Bélénos!
Jean attendit la fin de la messe pour retourner sur le jaguar.

Chez le gouverneur, dont la maison était un peu à l'écart de la ville mais proche de la mer, protégé de deux canons pointé vers les eaux.

Le gouverneur s'habilla convenablement pour accueillir ses hôtes, mettant même à sa ceinture son vieux sabre d'apparat. la salle où il allait les accueillir était à l'étage, grande très éclairé par une baie vitré donnant sur un balcon avec plusieurs soldats qui veillaient à ce que personne ne pouvait entendre la réunion. La salle était rempli d'une table de bois de campêche, avec autour des chaises.

Après quelque temps, plusieurs capitaines arrivèrent.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Black
Messages:
Invité

« Répondre #1 le: 06 Avril 2009 à 19:21:25 »

   Parmis ces hommes, on ne vit pour la plupart que des personnages sale et mal vêtu. Très peu de ces capitaines se connaissaient et regardaient ainsi les autres.
   Il y avait parmis eux, un homme. Cet hommes attendait comme tous le début de la réunion. Il était habillé d'un grand manteau marron clair ainsi que d'un pantalon de la même couleur. Il portait des bottes a retroussit noir et un bicorne noir également. Bien que ces habit étaient usé, ils restaient cependant correct et même splendide à côté des autre qui le regardait d'un air soupsoneux. Cette homme avait le visage fin, avec une petite moustache et le regard fier.
   Un second homme arriva près de lui et entama la discution :


- Excuse-moi, Franck, j'ai été pris dans la foule.
- Il n'y a pas de quoi Robert, ne t'en fais pas. Répondis Franck, l'homme en marron.
- Tu voulais me parler avant la réunion mon frère ?
- Oui, écoute.

   Très discrètement, les deux hommes se mirent à discuter. L'homme qui venait d'arrivé était un homme petit un bien en chair. Il était vêtu d'un ensemble bleu-vert avec colant blanc, chaussure noir et tricorne noir a plume. Il avait le visage boudiné et un petit nez écrasé.
   Quand le gouverneur entra, et les deux homme stopèrent leur discution pour écouter.
Journalisée
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #2 le: 06 Avril 2009 à 20:31:41 »

Le gouverneur salua les deux hommes.
- Je rappelle que seul les capitaines sont autorisés à participer à cette réunion. Je le dis à titre préventif toute personne se trouvant ici et n'étant sera mise au cachot durant le temps de notre opération, sans autorisation de voir qui que ce soit.

Un homme bourru, au regard sombre et l'allure de marin, se leva et salua son capitaine qui hotta son tricorne pour saluer son marin. Ce dernier quitta la salle, ouvrant en grand les deux battants de la porte. Tandis qu'il sortait un autre homme,  assez bien vêtu, portant de haute botte en cuir noir, et une veste de marin bleu avec des boutons en or. Le gouverneur sourit à son arrivait et alla vers lui et après lui avoir fait l'accolade dit. 

- Nelson! Nelson, mon fort et fidèle ami! comment vas tu?
- Très bien depuis notre première entrevu. Ce dénommé Nelson était malgré tout français de souche et était le capitaine corsaire de la frégate. Il était curieux de rencontrer l'autre corsaire qui prendrait part au combat avec lui. Il avait vu son galion, navire dépassé certes mais qui en cette situation sera plus que pratique.

Il n'était toujours pas temps de commencer la réunion, le capitaine du jagaur ne s'était encore présenté ni celui d'un autre navire pirate. Mais pour l'instant les trois autres pirates étaient là. Il y avait parmi eux un homme que le gouverneur regarda longtemps, vêtu de loque, armé d'un simple couteau et d'une rapière, assez fine, cet homme était selon les rumeurs plus un agitateurs politique qu'un pirate. Les français ne pouvaient rien contre lui il n'avait jamais attaqué sa patrie mais d'après sune rumeur avait provoqué plus d'une révolte pirate dans les navires qu'il avait croisé.

Ce dernier salua, dégageant ses yeux obscurcis par une mèche longue. Il dégagea aussi son unique oreille, l'autre était tranchée d'un coup, avec un petit restant de lobe.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Bike
Messages: 2242

légende des oceans
*****
homme de la mer
No more games !


Karma: 137
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #3 le: 07 Avril 2009 à 14:51:44 »

Corey avait été convoqué au même titre que les autres. Il montait doucement la légère pente qui menait au manoir du gouverneur. Il était légèrement en retard, mais il s'en fichait. Il frappa à la porte. Un domestique ouvrit la porte, et devinant l'objet de sa visite, le conduisit à la salle où se trouvaient les autres capitaines. Il salua le gouverneur d'un léger hochement de la tête, et alla se joindre aux autres capitaines. Il les observa de son unique œil, un à un. Il n'en connaissait aucun. Il attendit silencieusement le début de la réunion. Visiblement, on attendait quelqu'un.
Journalisée

Un des joueurs les plus anciens encore en activité !

Autoproclamé pire cauchemar des joueurs de la communauté : †MTS†
Black
Messages:
Invité

« Répondre #4 le: 08 Avril 2009 à 20:02:17 »

   Quand le gouverneur annonça cette nouvelle, Franck grimaça.

- Je suis désolé Robert, mais je ne peut rester.
- Quel dommage mon frère. répondis Robert, le petit-gros. Retourne à bord, je vous y rejoindrez.
- Mais bien sur, bien sur.

   Franck, rehaussa son tricorne noir et quitta la salle rapidement, contrarié.
Journalisée
Capitaine
Messages:
Invité

« Répondre #5 le: 10 Avril 2009 à 20:47:52 »

Aux portes de la propriété du gouverneur Vaughan se tenait un groupe de trois hommes. Le port de Petite-Goave étant bondé, ils avaient fait la route à pied depuis Saint-Domingues. L'un d'eux, le capitaine Barracuda le Touche-à-Tout, frappa trois coups à la lourde porte, et attendit qu'un majordomme lui ouvre.
-Nous venons pour la réunion des capitaines présidée par son Excellence le Gouverneur, déclara-t'il.
Le laquais les fit entrer, seul Pulovsky, un fusil en bandoullière et un cigare aux lèvres, resta sur le seuil.
Agonie la Belle et Barracuda suivirent le majordomme qui les mena à la salle où se tenaient l'assemblée.
Hotant son large chapeau emplumé, le Barracuda se présenta aux hommes présents:

-Votre excellence, messieurs, je suis Barracuda Touche-à-Tout, capitaine du Flamboyant, et j'ai cru devoir répondre à l'offre de votre Excellence et venir en ces lieux pour participer à l'effort commun.
-Fort bien, capitaine, fit le gouverneur. Cependant, avant de commencer, je vais vous prier de demander à votre compagnon de sortir, seuls les capitaines sont autorisés à y assister.
Agonie, offusqué, s'apprêtait à répliquer, mais Barracuda tendait la main devant lui pour lui intimer le silence et reprit de sa voix doucereuse et posée:
-Sauf votre respect, monseigneur, cet homme est mon second et je répond de lui comme de moi-même.
-J'entend bien, coupa le gourverneur, mais cet homme ne fera pas exception et s'il reste, il sera emprisonné tant que durera la réunion, est-ce clair ?
-Très clair, excellence, fit Barracuda en s'inclinant profondement. Il jeta un regard contrit à Agonie et lui fit signe de partir.
Celui-ci s'exécuta, fulminant, et suivit le serviteur jusqu'à la sortie.
Journalisée
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #6 le: 12 Avril 2009 à 16:13:53 »

hrp: afin de faire avancer le rp je prend le controle de Bélénos pour le faire venir chez le gouverneur.

Jean monta rapidement sur le "jaguar" sans reprendre son souffle demanda à "Jaguar courant" où était Bélénos. Ce dernier pointa du doigt le quartier des officiers. Le quartier maitre traversa le tillac à toute vitesse et ouvrit la porte. Dans la salle de vie, Bélénos était en bas finissant de se raser, chose qu'il n'avait pas faite en mer.
L'entrée rapide de son ami le surpris mais sa présence le gêna pas.


- quel diable te pique ainsi? demanda en souriant le capitaine à son homme d'église.
- Ce n'est pas le diable qui me presse mais la Providence. Bélénos resta sans voix, perplexe. Jean expliqua que le gouverneur recevait ce matin même les pirates.

Sans perdre de temps Bélénos s'habilla, mettant une veste de marine, la moins rafistolée, un chapeau à plume et ses bottes noires. Il prit un sabre d'apparat et Manu lui donna un magnifique pistolet au chien et la batterie en fer gravé ainsi que le haut du canon.

- autant faire bonne figure. Dit Bélénos qui ressemblait à ce qu'il était un marin qui tenait de se faire passer pour un digne officier de la royale.

Les deux hommes se jetèrent dans une annexe et ramèrent jusqu'à la jeté où ils montèrent la petite échelle en bois, la marée étant encore basse.
Jean le mena à travers la petite ville jusqu'au gouverneur.

Devant la maison fortifié deux gardes se tenaient.

- Halte!
- Nous venons pour la ... heu "réunion"
- Corsaire?
- c'est ca oui. rétorqua Bélénos.
-Très bien dit le second soldat qui avait rien dit. Le capitaine passe l'autre reste ici.

Bélénos salua du regard Jean, qui lui serra la main.
- Tu devras tout me dire.
-Je sais c'est dans nos règles. répondit le capitaine, qui les connaissait très bien et parfois.

Il entra dans la salle.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #7 le: 12 Avril 2009 à 16:57:09 »

Le gouverneur attendit un peu que le corsaire qui s'était manifesté à lui arrive. Corey fut donc le dernier.

Quand tout le monde prit chaise autour de la table, qui était occupait par une carte maritime de l'île de la Tortue et une carte des courants.

Le gouverneur se tenant près de la porte fenêtre regarda et salua poliment les pirates et corsaires. Il n'était pas très à l'aise avec telle racaille chez lui mais il se disait dans sa tête; ce sont des officiers de la très haute marine du roi.

Il toussa pour s'éclaircir la voix, alors que dehors le soleil éclaircissait justement les dernières vallées d'Hispaniola.


- Frère de la côte! Lors qu'il eut dit cela, plusieurs capitaines eurent un petit rictus faciale, comme amusé. Je sais que vous êtes pour la plus part hormis Monsieur Corey et Calant qui sont de noble corsaire. Cette séparation des corsaires et des pirates éleva un grondement chez les hors la loi, tous.
- Heu! Le gouverneur était nerveux, il sentit son erreur et voyait les yeux accusateurs de l'idéaliste. Vous avez tous subit une année de conflit ouvert avec l'Angleterre et le royaume d'Espagne qui tout deux avaient jurés de vous éradiquer de cette mer. Leur dernier affront fut de prendre l'ancien bastion de nos célèbres flibustiers. Dont nous nous souvenons tous de leur exploits. Il espérait obtenir la grâce des pirates en portant haut les flibustiers. Mais cette attaque a été aussi portée contre notre couronne. Mais notre bon roi L'idéaliste eut un fort raclement de gorge et cracha dans un vase. Le gouverneur continua sans s'en occuper, sans prêter attention à cette provocation. Notre roi donc ne prête aucune attention aux caraïbes et notamment à La Tortue, qu'il considère comme le bastion des ivrognes et coup jarets de notre nation, chose fausse. Il y porte peu d'intérêt économique à cause des impôts qui selon des sources étaient quasi totalement détourné par le gouverneur en rigueur, celui qui a prit la succession d'Oregon... Certes son prestige n'est plus, c'est le port dont j'ai la responsabilité qui est devenue la base des corsaires et flibustiers français. Mais ca reste un symbole et une terre française!
- Exacte! On va pas courber la nuque face à tel affront! hurla Catan se dressant d'un coupa avant de se rassoir.

Il eut un petit silence.

- Ne pas réagir face à une attaque, c'est comme laissez maitre nos ennemis du nouveau monde. Il y a ici de quoi rebâtir un autre empire il ne faut pas le laisser dans les mains des autres couronne. C'est pourquoi j'ai fait appelle à vous ne pouvez avoir d'aide du Roi et de l'armée.
- Où est l'amnistie que vous nous promettez. Demanda un des pirates.
- Vous l'aurez! D'ailleurs si vous voulez renoncer à prendre part à cette expédition vous pouvez partir maintenant et quitter le port je ne mettrez personne aux fers. Mais c'est maintenant au jamais, après toute désertion sera punie. Dit il en sur articulant les mots, posant ses mains sur la table et fixant l'assemblée.
Mais pas un homme bougea.

- L'amnistie! répéta le même pirate.
- Elles seront écrite ce soir même à vos noms et pour titre à l'équipage. Mais elles ne seront données qu'après la prise de la ville. D'ailleurs j'amnistierais de tout crime les hommes de vos troupes qui se monteront digne et talentueux.

Cette nouvelle fit sourire Baraccuda et Bélénos dont les équipages étaient essentiellement composés d'hommes recherché pour d'autre acte que piraterie.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Black
Messages:
Invité

« Répondre #8 le: 14 Avril 2009 à 19:36:09 »

   Robert avait écouté attentivement en bout de table. Le discourt patriotique du gouverneur le fit sourire. En temps que pirate, il était poursuivit dans toute les Caraïbes et l'amnistie du gouverneur le ravissait, car malgré qu'il soit un pirates, il restait amoureux de son pays.

*- Parfait cela, pensa-t-il, avec cette aventure, je serai libre.*

   Le petit bourgeois-pirate se rehaussa contre le dossier de sa chaise et attendit la suite.
« Dernière édition: 15 Avril 2009 à 10:52:57 par scar »
Journalisée
Bike
Messages: 2242

légende des oceans
*****
homme de la mer
No more games !


Karma: 137
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #9 le: 14 Avril 2009 à 20:26:56 »

Corey écoutait les discours des pirates sur l'amnistie sans y prêter réellement attention. Il regarda la carte de La Tortue, et prit la parole.

-Excusez-moi, mais comment on va s'y prendre ? Avoir l'amnistie c'est bien, mais elle ne sert pas à grand chose si on est pas en état de la recevoir...

Il tourna son regard vers le gouverneur, attendant une réponse.
Journalisée

Un des joueurs les plus anciens encore en activité !

Autoproclamé pire cauchemar des joueurs de la communauté : †MTS†
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #10 le: 15 Avril 2009 à 11:05:12 »

La remarque du corsaire fit rire tout les pirates. le gouverneur lui fit un sourire amusé et leva la main pour demander le silence.

- Donc avant de vous montrer mon plan et d'en établir un avec vous je suis dans le regret de vous dire que notre entreprise ne sera pas soutenu par la couronne mais que je peux vous donner tout le matériel et l'armement nécessaire mais pas de soldat ni de navire... D'ailleurs si vous échouez nous ne pourrons pas vous défendre. Dit il sur un ton glacé. Moi même si vous échouez je pense que je coulerez.
Le roi doit être au courant de notre projet, je lui ai envoyé une lettre il y a un peu plus d'un mois. Mais nous attendrons pas sa réponse fut elle négative.

Le gouverneur invita les marins pour se pencher sur la carte; une carte que plusieurs connaissait notamment l'idéaliste et Bélénos.
- J'ai étudié les registres parlant de l'île et je suis formel il y a que deux accè à l'île. La baie avec le port protégé par deux forts et ce boyau. Dit il en posant le doigt sur une "plage."
Nous ne le prendrons pas!

Un des marins leva la tête surpris. Bélénos demanda.
- Pourquoi cela? entrer dans le port avec nos navires est un grand risque.
- Tout les descriptions de ce chemin sont formels! répondit Nelson. Une poignet d'hommes pourrait nous mettre en déroute.
- De plus c'est par ce chemin que les espagnols ont prit deux fois l'île. Ils doivent le surveiller. Le prendre serait un trop grand risque que je ne veux pas courir.

Les pirates eurent des exclamations d'approbation et des jurons, l'idéaliste certifia les dires, cet endroit était extrêmement étroit et facile à protéger et les soldats ne pourraient avoir aucun soutient des navires.

Le gouverneur s'alluma une pipe et regarda Corey.

- Ce que je vais vous demander est très dur vous n'êtes pas obligé d'accepter. Sans rien dire il regarda le corsaire dans les yeux.
- Vous êtes capitaine d'un galion, navire typique espagnol. J'aimerais que vous entriez en premier dans le port afin de pouvoir donner un soutient et un effet de surprise au troupe qui viendront après. On aura de quoi vous masquer en navire espagnol.
- c'est pour cela que vous m'aviez prié de piller un navire de guerre espagnol? s'étonna le second corsaire. J'ai ce que vous m'avez demandé: drapeau flamme et symbole. Mais la tache ne fut pas simple malgré ne fait que ce ne soient qu'une flûte de transport militaire.

- L'idée est astucieuse dit l'idéaliste qui répond au nom de Francois. Mais très risquée seule le capitaine peut décider de prendre le risque.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Black
Messages:
Invité

« Répondre #11 le: 15 Avril 2009 à 19:22:26 »

   Robert restait plus ou moins sans avis. Que ce soit l'un ou l'autre chemin, les deux semblait riqués. Il pris la parole :

- Je vais sans doute dire une sottise, mais nous pourrions peut-être, avant l'assaut massif, envoyé un groupe de nos meilleurs hommes qui saboterait certain leur point vitaux. Cela pourrai les destabiliser.
Journalisée
Bike
Messages: 2242

légende des oceans
*****
homme de la mer
No more games !


Karma: 137
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #12 le: 15 Avril 2009 à 20:05:14 »

Corey écouta la proposition du gouverneur.

-C'est une idée intéressante, à ceci près que le Conqueror est une frégate... Que l'on peut maquiller en navire anglais, vu qu'a la base, c'en est un. Pour ce qui est du pavillon, j'ai l'Union Jack à bord. Je suis près à apporter à mon bâtiment les modifications nécessaires.

Il se tourna vers Robert.

-Les déstabiliser certes, mais cela nécessite une intervention rapide des autres... Comme point vitaux, je propose un des deux forts, justement. Les autres navires auront ainsi le temps de débarquer.

Journalisée

Un des joueurs les plus anciens encore en activité !

Autoproclamé pire cauchemar des joueurs de la communauté : †MTS†
scar
Messages: 9211

modérateur à la retaite
******
vieux loup de mer
crêve ordure communiste!

modèrateur global et maitre du jeu

Karma: 260
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #13 le: 15 Avril 2009 à 20:54:33 »

Le gouverneur le regarda étonnait.

- A qui est le galion alors.
- A un marchand! nous pourrions toujours lui réquisionner le galion mais ca serait par abus de pouvoir on ne peut pas faire appel à son aide car on est pas en temps de guerre. Dit un homme qui était resté silencieux au balcon, personne ne l'avait vue.

C'était le chef de la garnison du fort.

Le soleil dehors c'était bien levé, envahissant la salle au mur blanc d'une lumière à l'éclat d'une grande pureté grâce à un ciel peu couvert mais dont les nuages cachait un peu l'astre solaire et diffracté sa lumière. L'air était humide,c eux qui gardait leur chapeau le retirèrent tous le front dégoulinant de sueur. Il faisait terriblement chaud.

Nelson prit la parole.


- C'est ce qu'on veut faire mais si on veut envoyer un groupe de saboteur il va falloir le glisser sous les yeux des espagnols et pas dans leur dos.
- Si j'ai bien compris on ne peut pas entrer dans l'île inaperçu. Dit Francois.
 Il y a que deux accès et tout deux sont surveillés.
- L'île est rocheuse et faite de falaise l'escalader serait un trop gros risque et le groupe va se briser sur les roches... pour cela qu'on doit les faire venir par le port. rajouta le gouverneur.

- De toute manière on aura besoin d'espagnol... dit François avec un sourire moqueur. J'ai quelque hommes anciens espagnols qui payeraient cher pour se venger de leur nation... ca serait idéal pour couvrir le navire.
Journalisée

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et les morts qui mériteraient la vie, pouvez-vous leur rendre ? Alors ne soyez pas trop prompt à dispenser morts et jugements. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins.
Bike
Messages: 2242

légende des oceans
*****
homme de la mer
No more games !


Karma: 137
Hors ligne Hors ligne


Voir le profil
« Répondre #14 le: 17 Avril 2009 à 14:27:56 »


- Dans l'idéal si le marchand accepte de nous offrir son navire. Il nous faut un capitaine qui connaisse ce type de navire car ils sont dur à manœuvrer!
- Et aussi un équipage qui pourrait se faire passer pour espagnol
- Mon second est espagnol il pourrait remplir le rôle de capitaine au yeux des espagnols. dit Bélénos, sachant que de toute manière il fallait que son ami en soit d'accord.
Le gouverneur salua Jean et Bélénos pour leur initiative de mettre leur hommes à son service et se tourna vers Corey.
- Voudriez vous prendre le commandement du galion? C'est un poste à risque mais j'ai confiance en vous.

Corey n'hésita pas une seconde.

-On savait tous qu'il y avait des risques en venant ici. J'accepte. Je prendrai le commandement du galion. Reste à savoir quelle sera notre cible là-bas...
Journalisée

Un des joueurs les plus anciens encore en activité !

Autoproclamé pire cauchemar des joueurs de la communauté : †MTS†
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

forum pirates rpg Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006, Simple Machines
** Respectez la charte **
Page générée en 0.048 secondes avec 22 requêtes.